Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Lumière du monde, ô Jésus

La Tour du Pin — CNPL

Lumière du monde, ô Jésus,
Bien que nous n’ayons jamais vu
Ta tombe ouverte,
D’où vient en nous cette clarté,
Ce jour de fête entre les fêtes,
Sinon de toi, ressuscité ?

Quand sur nos chemins on nous dit :
Où est votre Christ aujourd’hui
Et son miracle ?
Nous répondons : D’où vient l’Esprit
Qui nous ramène vers sa Pâque,
Sur son chemin, sinon de lui ?

Nous avons le cœur tout brûlant
Lorsque son amour y descend
Et nous murmure :
L’amour venu, le jour viendra
Au cœur de toute créature,
Et le Seigneur apparaîtra.

Et si l’on nous dit : Maintenant
Montrez-nous un signe éclatant
Hors de vous-mêmes !
Le signe est là qu’à son retour
Nous devons faire ce qu’il aime
Pour témoigner qu’il est amour.

Antienne

Dieu fait sortir son peuple dans l'allégresse, parmi les cris de joie de ses élus, alléluia.

Psaume : 104 - I

1Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
2chantez et jouez pour lui,
redites sans fin ses merveilles ;
3glorifiez-vous de son nom très saint :
joie pour les coeurs qui cherchent Dieu !

4Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face ;
5souvenez-vous des merveilles qu'il a faites,
de ses prodiges, des jugements qu'il prononça,
6vous, la race d'Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu'il a choisis.

7Le Seigneur, c'est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l'univers.
8Il s'est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :

9promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac,
10érigée en loi avec Jacob,
alliance éternelle pour Israël.
11Il a dit : " Je vous donne le pays de Canaan,
ce sera votre part d'héritage. "


Psaume : 104 - II

12En ces temps-là, on pouvait les compter :
c'était une poignée d'immigrants ;
13ils allaient de nation en nation,
d'un royaume vers un autre royaume.

14Mais Dieu ne souffrait pas qu'on les opprime ;
à cause d'eux, il châtiait des rois :
15" Ne touchez pas à qui m'est consacré,
ne maltraitez pas mes prophètes ! "

16Il appela sur le pays la famine,
le privant de toute ressource.
17Mais devant eux il envoya un homme,
Joseph, qui fut vendu comme esclave.

18On lui met aux pieds des entraves,
on lui passe des fers au cou ;
19il souffrait pour la parole du Seigneur,
jusqu'au jour où s'accomplit sa prédiction.

20Le roi ordonne qu'il soit relâché,
le maître des peuples, qu'il soit libéré.
21Il fait de lui le chef de sa maison,
le maître de tous ses biens,
22pour que les princes lui soient soumis,
et qu'il apprenne la sagesse aux anciens.


Psaume : 104 - III

23Alors Israël entre en Égypte,
Jacob émigre au pays de Cham.
24Dieu rend son peuple nombreux
et plus puissant que tous ses adversaires ;
25ceux-là, il les fait se raviser,
haïr son peuple et tromper ses serviteurs.
26Mais il envoie son serviteur, Moïse,
avec un homme de son choix, Aaron,
27pour annoncer des signes prodigieux,
des miracles au pays de Cham.

28Il envoie les ténèbres, tout devient ténèbres :
nul ne résiste à sa parole ;
29il change les eaux en sang
et fait périr les poissons.

30Des grenouilles envahissent le pays
jusque dans les chambres du roi.
31Il parle, et la vermine arrive :
des moustiques, sur toute la contrée.

32Au lieu de la pluie, il donne la grêle,
des éclairs qui incendient les champs ;
33il frappe les vignes et les figuiers,
il brise les arbres du pays.

34Il parle, et les sauterelles arrivent,
des insectes en nombre infini
35qui mangent toute l'herbe du pays,
qui mangent le fruit de leur sol.

36Il frappe les fils aînés du pays,
toute la fleur de la race ;
37il fait sortir les siens chargés d'argent et d'or ;
pas un n'a flanché dans leurs tribus !
38Et l'Égypte se réjouit de leur départ,
car ils l'avaient terrorisée.


39Il étend une nuée pour les couvrir ;
la nuit, un feu les éclaire.
40A leur demande, il fait passer des cailles,
il les rassasie du pain venu des cieux ;
41il ouvre le rocher : l'eau jaillit,
un fleuve coule au désert.

42Il s'est ainsi souvenu de la parole sacrée
et d'Abraham, son serviteur ;
43il a fait sortir en grande fête son peuple,
ses élus, avec des cris de joie !
44Il leur a donné les terres des nations,
en héritage, le travail des peuples,
45pourvu qu'ils gardent ses volontés
et qu'il observent ses lois.

Verset

V/ Tu nous as fait renaître, alléluia.
pour une vivante espérance, alléluia.

Lecture : Je viens bientôt (Ap 22, 10-21)

10 Puis il me dit : « Ne mets pas les scellés sur les paroles de ce livre de prophétie. Le temps est proche, en effet.
11 Que celui qui fait le mal fasse encore le mal, et que l’homme sali se salisse encore ; que le juste pratique encore la justice, et que le saint se sanctifie encore.
12 Voici que je viens sans tarder, et j’apporte avec moi le salaire que je vais donner à chacun selon ce qu’il a fait.
13 Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
14 Heureux ceux qui lavent leurs vêtements : ils auront droit d’accès à l’arbre de la vie et, par les portes, ils entreront dans la ville.
15 Dehors les chiens, les sorciers, les débauchés, les meurtriers, les idolâtres, et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge !
16 Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Moi, je suis le rejeton, le descendant de David, l’étoile resplendissante du matin. »
17 L’Esprit et l’Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il vienne. Celui qui le désire, qu’il reçoive l’eau de la vie, gratuitement.
18 Et moi, devant tout homme qui écoute les paroles de ce livre de prophétie, je l’atteste : si quelqu’un y fait des surcharges, Dieu le chargera des fléaux qui sont décrits dans ce livre ;
19 et si quelqu’un enlève des paroles à ce livre de prophétie, Dieu lui enlèvera sa part : il n’aura plus accès à l’arbre de la vie ni à la Ville sainte, qui sont décrits dans ce livre.
20 Et celui qui donne ce témoignage déclare : « Oui, je viens sans tarder. » – Amen ! Viens, Seigneur Jésus !
21 Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous !

Répons



R/ Viens, Seigneur, oui, viens, Seigneur Jésus !

Je suis le Premier et le Dernier,
le commencement et la fin.

Je suis le rejeton de la race de David,
l'Etoile radieuse du matin.

Venez à moi, vous tous qui avez soif,
et buvez, sans argent, à la source de vie !

HOMÉLIE DE SAINT AUGUSTIN SUR LE PSAUME 148

L'Alléluia de Pâque.

La méditation, dans notre vie présente, doit consister à louer Dieu, car l'allégresse éternelle de notre vie future sera une louange de Dieu ; et personne ne peut être adapté à la vie future s'il ne s'y exerce pas dès maintenant. Maintenant donc nous louons Dieu, mais nous le supplions aussi. Notre louange comporte la joie ; notre supplication, le gémissement. Car on nous a promis quelque chose que nous ne possédons pas encore ; et parce que l'auteur de la promesse est véridique, nous trouvons notre joie dans l'espérance ; mais parce que nous ne possédons pas encore, notre désir nous fait gémir. Il nous est bon de persévérer dans le désir jusqu'à ce que vienne le bonheur promis, jusqu'à ce que le gémissement disparaisse et que la louange demeure seule.

Il y a donc deux époques : l'époque actuelle qui se passe dans les tentations et les épreuves de cette vie ; et une seconde époque, qui sera celle de la sécurité et de l'allégresse sans fin. Aussi deux époques ont-elle été instituées pour nous : avant Pâques et après Pâques. L'époque antérieure à Pâques symbolise l'épreuve où nous sommes maintenant ; et ce que nous célébrons en ces jours qui suivent Pâques symbolise la béatitude qui sera plus tard la nôtre. Avant Pâques nous célébrons donc ce que nous sommes en train de vivre ; après Pâques, ce que nous célébrons symbolise ce que nous ne possédons pas encore. C'est pourquoi, dans la première époque, nous nous entraînons par le jeûne et la prière ; mais dans l'époque présente, nous abandonnons le jeûne et nous vivons dans la louange. Tel est le sens de l'Alléluia que nous chantons. ~

L'une et l'autre époques nous ont été figurées, l'une et l'autre nous ont été manifestées dans notre chef. La passion du Seigneur nous montre la vie présente qui nous oblige à peiner, à subir les épreuves et finalement à mourir; la résurrection et la glorification du Seigneur nous montrent la vie que nous recevrons. ~

Nous vous exhortons, mes frères, à louer Dieu en ce moment, et c'est ce que nous faisons tous lorsque nous disons : Alléluia. Loue le Seigneur. Tu le dis à un autre, lui-même te dit la même chose. Lorsque tous font la même exhortation, tous y répondent. Mais louez-le par tout vous-mêmes : c'est-à-dire que votre langue et votre voix ne doivent pas être seules à louer Dieu ; louez-le aussi par votre conscience, par votre vie, par vos actions.

Évidemment, nous le louons maintenant, quand nous sommes rassemblés dans l'église ; lorsque chacun s'en va chez soi, il semble cesser de louer Dieu. S'il ne cesse pas de bien vivre, il loue Dieu continuellement. Ta louange ne cesse que lorsque tu te détournes de la justice et de ce qui plaît à Dieu. Car si tu ne te détournes jamais de la vie vertueuse, ta bouche est muette, mais ta vie est une acclamation et Dieu prête l'oreille au chant de ton cœur. Comme nos oreilles entendent nos voix, c'est ainsi que Dieu entend nos pensées.

Répons



J'ai vu l'eau vive
jaillissant du cœur du Christ, alléluia !
Tous ceux que lave cette eau
seront sauvés et chanteront : Alléluia !


R/
Alléluia, Alléluia, Alléluia !

J'ai vu la source devenir
un fleuve immense, alléluia !

Les fils de Dieu rassemblés
chantaient leur joie d'être sauvés, alléluia !

Oraison

Dieu qui donnes la vie éternelle aux hommes en les faisant renaître par le baptême, nous te prions : dans le Christ, tu nous as justifiés et rendus capables d'une existence immortelle ; conduis-nous désormais par ta grâce jusqu'à la gloire qu'il possède en plénitude.