Office des lectures

Revenir aux lectures du calendrier romain.

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Là où il n'y a rien

La Tour du Pin — CNPL

Là où il n'y a rien, qu'il y ait de la foi !
Là où il y a foi, qu'elle grandisse !
Là où il y a nuit, qu'il y ait comme un oeil
Que Dieu forme à voir sa lumière !

Là où il y a vide et silence dans l'homme,
Que Dieu façonne ce qui l'entendra !
Là où il y a mort de l'homme à sa naissance,
Que Dieu sème ce qui vivra !

L'amour de notre Dieu est toujours au travail :
Il nous donne la vie et ses vivres,
Il nous donne l'amour pour le vivre lui-même !
Au coeur de l'homme il fait merveille !

Antienne

La vie qu'il demandait, tu la lui donnes, de longs jours, une vie sans fin.

Psaume : 20

2 Seigneur, le roi se réjouit de ta force ;
quelle allégresse lui donne ta victoire !
3 Tu as répondu au désir de son cœur,
tu n'as pas rejeté le souhait de ses lèvres.

4 Tu lui destines bénédictions et bienfaits,
tu mets sur sa tête une couronne d'or.
5 La vie qu'il t'a demandée, tu la lui donnes,
de longs jours, des années sans fin.

6 Par ta victoire, grandit son éclat :
tu le revêts de splendeur et de gloire.
7 Tu mets en lui ta bénédiction pour toujours :
ta présence l'emplit de joie !

8 Oui, le roi s'appuie sur le Seigneur :
la grâce du Très-Haut le rend inébranlable.

14 Dresse-toi, Seigneur, dans ta force :
nous fêterons, nous chanterons ta vaillance.

Antienne

Dieu nous a établis pour porter du fruit, et un fruit qui demeure.

Psaume : 91 - I

2 Qu'il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
3 d'annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits,
4 sur la lyre à dix cordes et sur la harpe,
sur un murmure de cithare.

5 Tes œuvres me comblent de joie ;
devant l'ouvrage de tes mains, je m'écrie :
6 « Que tes œuvres sont grandes, Seigneur !
Combien sont profondes tes pensées ! »

7 L'homme borné ne le sait pas,
l'insensé ne peut le comprendre :
8 les impies croissent comme l'herbe, *
ils fleurissent, ceux qui font le mal,
   mais pour disparaître à tout jamais.

9 Toi, qui habites là-haut,
tu es pour toujours le Seigneur.
10 Vois tes ennemis, Seigneur,
   vois tes ennemis qui périssent, *
et la déroute de ceux qui font le mal.

Antienne

Le juste grandira comme un palmier, il poussera comme un cèdre du Liban.

Psaume : 91 - II

11 Tu me donnes la fougue du taureau,
tu me baignes d'huile nouvelle ;
12 j'ai vu, j'ai repéré mes espions,
j'entends ceux qui viennent m'attaquer.

13 Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
14 planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

15 Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
16 pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

Verset

V/ Le Seigneur conduit le juste par des voies droites.
Il lui montre le Royaume de Dieu.

Lecture : Époux chrétien (Ep 5, 21-32)

21 Par respect pour le Christ, soyez soumis les uns aux autres ;
22 les femmes, à leur mari, comme au Seigneur Jésus ;
23 car, pour la femme, le mari est la tête, tout comme, pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps.
24 Eh bien ! puisque l’Église se soumet au Christ, qu’il en soit toujours de même pour les femmes à l’égard de leur mari.
25 Vous, les hommes, aimez votre femme à l’exemple du Christ : il a aimé l’Église, il s’est livré lui-même pour elle,
26 afin de la rendre sainte en la purifiant par le bain de l’eau baptismale, accompagné d’une parole ;
27 il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée.
28 C’est de la même façon que les maris doivent aimer leur femme : comme leur propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime soi-même.
29 Jamais personne n’a méprisé son propre corps : au contraire, on le nourrit, on en prend soin. C’est ce que fait le Christ pour l’Église,
30 parce que nous sommes les membres de son corps. Comme dit l’Écriture :
31 À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.
32 Ce mystère est grand : je le dis en référence au Christ et à l’Église.

Répons

R/ Dieu créa l'homme à son image :
homme et femme il le créa.

Une femme parfaite est la joie de son mari ;
il passera dans la paix les années de sa vie.

La grâce d'une femme est à l'intérieur du cœur,
parure incorruptible d'un esprit doux et paisible.

Ce mystère est grand :
le Christ est l'époux de l'Église ;
il l'a aimé et s'est livré pour elle.

LETTRE DE S. NICOLAS DE FLÜE AUX BERNOIS (1482)

Que le nom de Jésus soit votre salut !

Nous vous souhaitons beaucoup de bien et nous vous remercions pour celui que vous nous faites. Que le Saint-Esprit soit votre dernière récompense ! Je vous remercie profondément et grandement pour votre aimable présent, car j’y reconnais votre paternel amour ; et celui-ci me réjouit encore plus que le présent lui-même. Et vous devez savoir qu’il me fait grand plaisir ; et eût-il été la moitié de ce qu’il est, il m’eût également contenté. S’il est votre amour, j’y mettrai toute ma bonne volonté. Votre messager s’est très bien acquitté de sa mission, et je vous le recommande.

Par amour, je veux vous écrire davantage.

L’obéissance est le plus grand honneur qu’il y ait au ciel et sur terre. Aussi bien, tâchez de vous obéir mutuellement.

La sagesse est le plus aimable des biens, car elle fait tout entreprendre pour le mieux.

La paix est toujours en Dieu, car Dieu est la paix et la paix ne peut être détruite, mais la discorde est détruite. Cherchez donc à garder la paix.

Protégez les veuves et les orphelins comme vous avez fait jusqu’ici.

Celui dont le bonheur est plus grand sur la terre, qu’il en soit reconnaissant à Dieu, et alors son bonheur sera aussi plus grand dans le ciel.

Les péchés publics, il faut les empêcher et s’en tenir toujours à la justice.

Vous devez porter la passion de Dieu en votre cœur, car c’est pour l’homme la plus grande consolation à sa dernière heure.

Beaucoup d’hommes ont des doutes au sujet de la foi, et le diable en fait succomber beaucoup à propos de la foi, surtout à propos de la foi. Il ne faut pas douter (des vérités) de la foi, car elle est comme elle est. Et je ne vous écris pas parce que je pense que vous n’avez pas la foi, je ne doute pas que vous soyez bons chrétiens, je vous écris pour vous avertir afin que, si le mauvais esprit vous tente, vous lui résistiez d’autant mieux, en chevaliers.

C’est tout.

Dieu soit avec vous !

Répons

R/ Je t’aime, Seigneur ma force,
mon libérateur et le rocher de mon salut.

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu
de tout ton cœur, de toute ton âme,
de toute ta force.

Garde-toi d’oublier le Seigneur
qui t’a fait sortir de la maison de servitude.

Qui garde mes commandements, dit Jésus,
voilà celui qui m’aime, et mon Père l’aimera.

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Oraison

Soutenus par la prière de saint Nicolas de Flüe, nous te supplions humblement, Seigneur : garde-nous sous ta constante protection, donne à ceux qui nous dirigent la lumière de ta grâce.