Office des laudes

Introduction

V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.

Antienne invitatoire

Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia !

Psaume invitatoire : (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

Hymne : Jésus, qui m'as brûlé le cœur

D. Rimaud — CNPL

Jésus, qui m'as brûlé le cœur
Au carrefour des Écritures,
Ne permets pas que leur blessure
En moi se ferme :
Tourne mes sens à l'intérieur.
Force mes pas à l'aventure,
Pour que le feu de ton bonheur
À d'autres prenne !

La Table où tu voulus t'asseoir,
Pour la fraction qui te révèle,
Je la revois : elle étincelle
De toi, seul Maître !
Fais que je sorte dans le soir
Où trop des miens sont sans nouvelle,
Et par ton nom dans mon regard,
Fais-toi connaître !

Leurs yeux ne t'ont jamais trouvé,
Tu n'entres plus dans leur auberge,
Et chacun dit : « Où donc irai-je
Si Dieu me manque ? »
Mais ton printemps s'est réveillé
Dans mes sarments à bout de sève,
Pour que je sois cet étranger
Brûlant de Pâques !

Antienne

Vous avez approché de Sion, la cité du Dieu vivant, alléluia.

Psaume : 42

1 Rends-moi justice, ô mon Dieu, défends ma cause
   contre un peuple sans foi ; *
de l'homme qui ruse et trahit,
   libère-moi.

2 C'est toi, Dieu, ma forteresse :
   pourquoi me rejeter ? *
Pourquoi vais-je assombri,
   pressé par l'ennemi ?

3 Envoie ta lumière et ta vérité :
   qu'elles guident mes pas *
et me conduisent à ta montagne sainte,
   jusqu'en ta demeure.

4 J'avancerai jusqu'à l'autel de Dieu,
   vers Dieu qui est toute ma joie ; *
je te rendrai grâce avec ma harpe,
  Dieu, mon Dieu !

R/ 5 Pourquoi te désoler, ô mon âme,
   et gémir sur moi ? *
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
   il est mon sauveur et mon Dieu !

Antienne

Tu as retenu mon âme devant la fosse du néant, alléluia.

Psaume : CANTIQUE d'Ézékias (Is 38)

10 Je disais : Au milieu de mes jours,
   je m'en vais ; *
j'ai ma place entre les morts
   pour la fin de mes années.

11 Je disais : Je ne verrai pas le Seigneur
   sur la terre des vivants, *
plus un visage d'homme
   parmi les habitants du monde !

12 Ma demeure m'est enlevée, arrachée,
   comme une tente de berger. *
Tel un tisserand, j'ai dévidé ma vie :
   le fil est tranché.

Du jour à la nuit, tu m'achèves ;
13 j'ai crié jusqu'au matin. *
Comme un lion, il a broyé tous mes os.
   Du jour à la nuit, tu m'achèves.

14 Comme l'hirondelle, je crie ;
   je gémis comme la colombe. *
À regarder là-haut, mes yeux faiblissent :
   Seigneur, je défaille ! Sois mon soutien !

15 Que lui dirai-je pour qu'il me réponde,
   à lui qui agit ? *
J'irais, errant au long de mes années
   avec mon amertume ?

17 Oui, tu me guériras, tu me feras vivre : *
mon amertume amère me conduit à la paix.

Et toi, tu t'es attaché à mon âme,
   tu me tires du néant de l'abîme. *
Tu as jeté, loin derrière toi,
   tous mes péchés.

18 La mort ne peut te rendre grâce,
ni le séjour des morts, te louer, *
Ils n'espèrent plus ta fidélité,
ceux qui descendent dans la fosse.

19 Le vivant, le vivant, lui, te rend grâce,
   comme moi, aujourd'hui. *
Et le père à ses enfants
   montrera ta fidélité.

20 Seigneur, viens me sauver ! +
Et nous jouerons sur nos cithares,
   tous les jours de notre vie, *
auprès de la maison du Seigneur.

Antienne

Tu visites notre terre et nous combles de richesses, alléluia.

Psaume : 64

2 Il est beau de te louer,
Dieu, dans Sion, *
de tenir ses promesses envers toi
3 qui écoutes la prière.

Jusqu’à toi vient toute chair
4 avec son poids de péché ; *
nos fautes ont dominé sur nous :
toi, tu les pardonnes.

5 Heureux ton invité, ton élu :
il habite ta demeure ! *
Les biens de ta maison nous rassasient,
les dons sacrés de ton temple !

6 Ta justice nous répond par des prodiges,
Dieu notre sauveur, *
espoir des horizons de la terre
et des rives lointaines.

7 Sa force enracine les montagnes,
il s’entoure de puissance ; *
8 il apaise le vacarme des mers,
le vacarme de leurs flots
et la rumeur des peuples.

9 Les habitants des bouts du monde sont pris d’effroi
à la vue de tes signes ; *
aux portes du levant et du couchant
tu fais jaillir des cris de joie.

10 Tu visites la terre et tu l’abreuves,
tu la combles de richesses ; *
les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau :
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
11 tu arroses les sillons ; *
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

12 Tu couronnes une année de bienfaits ; *
sur ton passage, ruisselle l’abondance.
13 Au désert, les pâturages ruissellent, *
les collines débordent d’allégresse.

14 Les herbages se parent de troupeaux +
et les plaines se couvrent de blé. *
Tout exulte et chante !

Parole de Dieu : (Ac 13, 30-33)

Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts. Il est apparu pendant plusieurs jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple. Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse que Dieu avait faite à nos pères, il l’a entièrement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus ; c’est ce qui est écrit au psaume deuxième : Tu es mon Fils, aujourd’hui je t’ai engendré.

Répons

R/ Ô Christ, tu es le Fils du Dieu vivant.


* Alléluia, alléluia !


V/ Tu es ressuscité d’entre les morts. *


Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/


Antienne de Zacharie

Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier. Je suis de la lignée de David, l’étoile brillante du matin, alléluia.

Cantique de Zacharie (Lc 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

Intercession

Supplions le Père d’écouter Jésus toujours vivant qui intercède pour les hommes :


R/

Dans ton amour, souviens-toi de nous !


Dieu, maître de la vie,
restaure en nous l’image de ton Fils : 
— que nous devenions en lui des créatures nouvelles.


Détruis les germes de mensonge et de perversité : 
— que nous vivions dans la vérité du Christ.


Donne-nous d’abattre les murs qui séparent
— et de bâtir la ville où tous ensemble ne font qu’un.


Change notre cœur de pierre en cœur de chair : 
— que nous renaissions d’en-haut.


Notre Père

Oraison

Seigneur, fais-nous déployer aux yeux du monde la vitalité du Christ vainqueur de la mort : après avoir reçu le germe de sa grâce, que nous en portions tous les fruits.