Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : La paix de Dieu n’est pas un cri

Cl. Rozier — Chalet

La paix de Dieu n’est pas un cri
Lancé des quatre vents de l’univers.
La paix, c’est Dieu risquant sa vie,
Enfant des hommes, la nuit de Noël.

L’amour de Dieu n’est pas un mot
Berçant nos rêves de vivre là-haut.
L’amour, c’est Dieu rené des eaux,
Nouvelle eau vive jaillie au désert.

Le jour de Dieu n’est pas un jour,
Instant d’histoire, moment sans retour.
Le jour de Dieu, c’est Dieu toujours,
Durée vivante, sans nuit, sans sommeil.

R/ Ô viens, ô viens, Emmanuel !
Ô viens sauver le monde !

Antienne

Viens, Seigneur, prends en pitié ton serviteur.

Psaume : 88 - IV

20 (Autrefois, tu as parlé à tes amis,
dans une vision tu leur as dit :

21 « J’ai trouvé David, mon serviteur,
je l’ai sacré avec mon huile sainte ;
22 et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.)

39 Pourtant tu l’as méprisé, rejeté ;
tu t’es emporté contre ton messie.
40 Tu as brisé l’alliance avec ton serviteur,
jeté à terre et profané sa couronne.

41 Tu as percé toutes ses murailles,
tu as démantelé ses forteresses ;
42 tous les passants du chemin l’ont pillé :
le voilà outragé par ses voisins.

43 Tu as accru le pouvoir de l’adversaire,
tu as mis en joie tous ses ennemis ;
44 tu as émoussé le tranchant de son épée,
tu ne l’as pas épaulé dans le combat.

45 Tu as mis fin à sa splendeur,
jeté à terre son trône ;
46 tu as écourté le temps de sa jeunesse
et déversé sur lui la honte.

Psaume : 88 - V

47 Combien de temps, Seigneur, resteras-tu caché,
laisseras-tu flamber le feu de ta colère ?

48 Rappelle-toi le peu que dure ma vie,
pour quel néant tu as créé chacun des hommes !
49 Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort ?
Qui s’arracherait à l’emprise des enfers ?

50 Où donc, Seigneur, est ton premier amour,
celui que tu jurais à David sur ta foi ?

51 Rappelle-toi, Seigneur, tes serviteurs outragés,
tous ces peuples dont j’ai reçu la charge.
52 Oui, tes ennemis ont outragé, Seigneur,
poursuivi de leurs outrages ton messie.

53 Béni soit le Seigneur pour toujours !
Amen ! Amen !

Antienne

Paraisse ton œuvre en tes serviteurs, brille ta splendeur sur leurs enfants.

Psaume : 89

1 D’âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge.

2 Avant que naissent les montagnes, +
que tu enfantes la terre et le monde, *
de toujours à toujours,
toi, tu es Dieu.

3 Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit  : « Retournez, fils d’Adam ! »
4 À tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

5 Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante :
6 elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

7 Nous voici anéantis par ta colère ;
ta fureur nous épouvante :
8 tu étales nos fautes devant toi,
nos secrets à la lumière de ta face.

9 Sous tes fureurs tous nos jours s’enfuient,
nos années s’évanouissent dans un souffle.
10 Le nombre de nos années ? soixante-dix,
quatre-vingts pour les plus vigoureux !
Leur plus grand nombre n’est que peine et misère ;
elles s’enfuient, nous nous envolons.

11 Qui comprendra la force de ta colère ?
Qui peut t’adorer dans tes fureurs ?
12 Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos cœurs pénètrent la sagesse.

13 Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.
14 Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
15 Rends-nous en joies tes jours de châtiment
et les années où nous connaissions le malheur.

16 Fais connaître ton œuvre à tes serviteurs
et ta splendeur à leurs fils.
17 Que vienne sur nous
la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains ;
oui, consolide l’ouvrage de nos mains.

Verset

V/ Écoutez, tous les peuples, la parole du Seigneur,
annoncez-la aux îles lointaines.

Lecture : Renouveau (Is 32, 15-20 ; 33, 1-6)

32.15 jusqu’à ce que soit répandu sur nous l’esprit qui vient d’en haut. Alors le désert deviendra un verger, et le verger sera pareil à une forêt.
32.16 Le droit habitera le désert, la justice résidera dans le verger.
32.17 L’œuvre de la justice sera la paix, et la pratique de la justice, le calme et la sécurité pour toujours.
32.18 Mon peuple habitera un séjour de paix, des demeures protégées, des lieux sûrs de repos.
32.19 – Mais la forêt s’écroulera sous la grêle et la ville sera entièrement démolie.
32.20 Heureux vous qui sèmerez près de tous les cours d’eau, et laisserez aller le bœuf et l’âne.
33.01 Malheur ! Toi, dévastateur qui n’as pas été dévasté, ravageur qui n’as pas subi de ravage, quand tu auras fini de dévaster, tu seras dévasté ! quand tu auras cessé de ravager, on te ravagera !
33.02 Seigneur, fais-nous grâce : c’est toi que nous attendons ! Chaque matin, sois notre bras, notre salut aux jours de détresse.
33.03 À la voix qui tonne, les peuples s’enfuient ; quand tu te lèves, les nations se dispersent.
33.04 Votre butin s’entasse comme s’entassent des insectes ; c’est la ruée, une ruée de sauterelles.
33.05 Le Seigneur domine, il habite les hauteurs ; il emplit Sion de droit et de justice :
33.06 il sera la sécurité de tes jours. Sagesse et connaissance : des biens pour le salut ; la crainte du Seigneur : un trésor qu’il te donne.

Répons

R/ L'Esprit venu d'en haut sera répandu sur nous !

Mon peuple habitera un séjour de paix ;
heureux seront-ils :
ils sèmeront partout où il y a de l'eau.

Je vous laisse la paix, dit le Seigneur,
je vous donne ma joie.
Que votre cœur cesse de se troubler.

 

ACTES DU IIe CONCILE DU VATICAN
La Révélation divine.

Le Christ, plénitude personnelle de la Révélation.

Dieu, qui crée toutes choses par le Verbe et les conserve par lui, offre aux hommes, dans les créatures, un témoignage incessant sur lui-même. En outre, comme il veut ouvrir le chemin du salut surnaturel, il s'est manifesté dès le commencement à nos premiers parents. Après leur chute, il les releva en leur faisant espérer le salut par la promesse de la rédemption. Sans relâche il s'est soucié du genre humain pour donner la vie éternelle à tous ceux qui recherchaient le salut en persévérant dans le bien. Le moment venu, il appela Abraham pour faire de lui le père d'un grand peuple. Après les Patriarches, il forma ce peuple, par la voix de Moïse et des Prophètes, afin qu'il le reconnaisse comme le seul Dieu vivant et véritable, Père attentionné et Juge plein de justice ; afin aussi qu'il attende le Sauveur promis. Et c'est ainsi qu'au long des siècles il prépara la route pour l'Évangile.

Après avoir parlé à nos pères par les prophètes, sous des formes fragmentaires et variées, Dieu, dans les derniers temps, dans ces jours où nous sommes, nous a parlé par son Fils. En effet, il a envoyé son Fils, le Verbe éternel qui éclaire tout homme, pour qu'il fasse sa demeure parmi eux et leur fasse connaître les secrets de Dieu. Jésus Christ, le Verbe fait chair, homme envoyé aux hommes, prononce donc les paroles de Dieu, et achève l'œuvre de salut que le Père l'a chargé d'accomplir.

Puisque celui qui voit le Christ voit le Père, c'est lui par conséquent qui, par toute sa présence et en se manifestant lui-même, par ses paroles et ses œuvres, par ses signes et ses miracles, mais surtout par sa mort glorieuse et sa résurrection d'entre les morts, enfin par l'envoi de l'Esprit de vérité, achève la révélation en la rendant accomplie. Il confirme par une attestation divine que Dieu est avec nous afin de nous arracher aux ténèbres du péché et de la mort, et afin de nous ressusciter pour la vie éternelle.

L'économie chrétienne, puisqu'elle est l'Alliance nouvelle et définitive, ne passera donc jamais; désormais on ne doit attendre aucune nouvelle révélation publique avant la manifestation glorieuse de notre Seigneur Jésus Christ.

Répons

R/ En ces jours-là, les sourds entendront,
les yeux des aveugles s'ouvriront.

Que les humbles se réjouissent,
que les pauvres exultent dans le Seigneur.

Désormais, dit le Seigneur,
Jacob n'aura plus de honte,
il verra l'œuvre de mes mains.

 

Oraison

Seigneur, nous sommes des serviteurs indignes de toi, et nous sentons avec tristesse tout le mal qui fausse notre vie ; donne-nous cependant de trouver notre joie dans la naissance de ton Fils, car il vient pour nous sauver. Lui qui règne.