Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Mets ta lampe sur le boisseau

La Tour du Pin — Desclée

Mets ta lampe sur le boisseau,
Et tant mieux qu'elle s'éteigne !
Car tu auras une vraie joie,
Ta prière sera la torche
Que le Seigneur entretiendra.

Mets ta lampe sur le boisseau,
Et tant mieux s'il la renverse
Et si le feu prend à ton bois ;
Tu ne souffriras pas le mal
Que t'aurait fait le feu d'en-bas.

Mets ta lampe sur le boisseau,
Et tant mieux si tes doigts brûlent
À ne plus pouvoir la tenir :
Puisque ton cœur sait être à deux,
Le Seigneur la tiendra pour toi.

Mets ta lampe sur le boisseau,
Et tant mieux si tu n'as plus rien
À consumer, même pour lui :
Dieu fournit le feu et le bois.
Alors tu brilleras en lui.

Antienne

Avec sagesse, elle ouvre la bouche, sa langue enseigne la bonté.

Psaume : 18a

2 Les cieux proclament la gloire de Dieu,
le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
3 Le jour au jour en livre le récit
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

4 Pas de paroles dans ce récit,
pas de voix qui s'entende ;
5 mais sur toute la terre en paraît le message
et la nouvelle, aux limites du monde.

Là, se trouve la demeure du soleil : +
6 tel un époux, il paraît hors de sa tente,
il s'élance en conquérant joyeux.

7 Il paraît où commence le ciel, +
il s'en va jusqu'où le ciel s'achève :
rien n'échappe à son ardeur.

Antienne

Elles ont mis en Dieu leur espoir, elles l'ont chanté dans leur cœur.

Psaume : 44 - I

2 D'heureuses paroles jaillissent de mon cœur
quand je dis mes poèmes pour le roi
d'une langue aussi vive que la plume du scribe !

3 Tu es beau, comme aucun des enfants de l'homme,
la grâce est répandue sur tes lèvres :
oui, Dieu te bénit pour toujours.

4 Guerrier valeureux, porte l'épée de noblesse et d'honneur !
5 Ton honneur, c'est de courir au combat
pour la justice, la clémence et la vérité.

6 Ta main jettera la stupeur, les flèches qui déchirent ;
sous tes coups, les peuples s'abattront,
les ennemis du roi, frappés en plein cœur.

7 Ton trône est divin, un trône éternel ;
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
8 tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

Oui, Dieu, ton Dieu t'a consacré
d'une onction de joie, comme aucun de tes semblables ;
9 la myrrhe et l'aloès parfument ton vêtement.

Des palais d'ivoire, la musique t'enchante.
10 Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
à ta droite, la préférée, sous les ors d'Ophir.

Antienne

Elles sont conduites au Seigneur dans la joie et l'allégresse.

Psaume : 44 - II

11 Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
12 le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
13 Alors, fille de Tyr, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

14 Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d'étoffes d'or ;
15 on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
16 on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.
 
17 À la place de tes pères se lèveront tes fils ;
sur toute la terre tu feras d'eux des princes.

18 Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges :
que les peuples te rendent grâce,
toujours, à jamais !

Verset

V/ Accueille les paroles de ma bouche,
Seigneur, mon rocher, mon défenseur.

Lecture : La femme vaillante (Pr 31, 10-31)

10 Aleph — Une femme parfaite, qui la trouvera ? Elle est précieuse plus que les perles !
11 Beth — Son mari peut lui faire confiance : il ne manquera pas de ressources.
12 Gimel — Elle fait son bonheur, et non pas sa ruine, tous les jours de sa vie.
13 Daleth — Elle sait choisir la laine et le lin, et ses mains travaillent volontiers.
14 Hé — Elle est comme les navires marchands, faisant venir ses vivres de très loin.
15 Waw — Elle est debout quand il fait encore nuit pour préparer les repas de sa maison et donner ses ordres aux servantes.
16 Zaïn — A-t-elle des visées sur un champ ? Elle l’acquiert. Avec le produit de son travail, elle plante une vigne.
17 Heth — Elle rayonne de force et retrousse ses manches !
18 Teth — Elle s’assure de la bonne marche des affaires, sa lampe ne s’éteint pas de la nuit.
19 Yod — Elle tend la main vers la quenouille, ses doigts dirigent le fuseau.
20 Kaph — Ses doigts s’ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux.
21 Lamed — Elle ne craint pas la neige pour sa maisonnée, car tous les siens ont des vêtements doublés.
22 Mem — Elle s’est fait des couvertures, des vêtements de pourpre et de lin fin.
23 Noum — Aux portes de la ville, on reconnaît son mari siégeant parmi les anciens du pays.
24 Samek — Elle fabrique de l’étoffe pour la vendre, elle propose des ceintures au marchand.
25 Aïn — Revêtue de force et de splendeur, elle sourit à l’avenir.
26 Pé — Sa bouche s’exprime avec sagesse et sa langue enseigne la bonté.
27 Çadé — Attentive à la marche de sa maison, elle ne mange pas le pain de l’oisiveté.
28 Qoph — Ses fils, debout, la disent bienheureuse et son mari fait sa louange :
29 Resh — « Bien des femmes ont fait leurs preuves, mais toi, tu les surpasses toutes ! »
30 Shine — Le charme est trompeur et la beauté s’évanouit ; seule, la femme qui craint le Seigneur mérite la louange.
31 Taw — Célébrez-la pour les fruits de son travail : et qu’aux portes de la ville, ses œuvres disent sa louange !

Répons

R/ Ses fils se lèvent
pour la proclamer bienheureuse,
et son mari pour faire son éloge.

Elle fait le bonheur des siens
tous les jours de sa vie.

Elle étend ses mains sur le pauvre
et tend les bras à l'indigent.

Force et dignité la revêtent,
elle rit au jour qui vient.

PRIÈRE ATTRIBUÉE À SAINTE BRIGITTE

Béni sois-tu, Jésus Christ mon Seigneur, qui as prédit ta mort avant l'heure ; qui, à la dernière Cène, as merveilleusement consacré avec du pain matériel ton corps qui nous rachète ; qui l'as donné par amour aux Apôtres en mémoire de ta très précieuse passion ; toi qui, en leur lavant les pieds de tes très saintes et nobles mains, leur as donné humblement un modèle d'humilité.

Honneur à toi, Jésus Christ mon Seigneur qui, par la peur de ta passion et de ta mort, as fait jaillir une sueur sanglante de ton corps innocent ; pourtant tu as accompli notre rédemption que tu voulais réaliser ; et ainsi tu as manifesté avec une parfaite évidence ton amour pour le genre humain.

Béni sois-tu, Jésus Christ mon Seigneur, qui fus conduit devant Caïphe et qui as humblement permis, toi qui es le juge de tous, qu'on te livre au jugement de Pilate.

Gloire à toi, Jésus Christ mon Seigneur, pour les moqueries que tu as subies : tu as été revêtu de pourpre, couronné d'épines très aiguës, et tu as supporté avec une grande patience de recevoir des crachats sur ta face glorieuse, d'avoir les yeux voilés et d'être frappé durement à la mâchoire et au cou par les mains cruelles des impies.

Louange à toi, Jésus Christ mon Seigneur, qui t'es laissé lier à la colonne, atrocement flageller, conduire et montrer tout sanglant au tribunal de Pilate, avec une infinie patience, comme l'Agneau innocent.

Honneur à toi, Jésus Christ mon Seigneur : avec tout ton glorieux corps ensanglanté, tu as été condamné à mourir sur la croix ; tu as douloureusement porté la croix sur tes saintes épaules ; et, conduit par des furieux au lieu de ta passion, puis dépouillé de tes vêtements, tu as voulu être ainsi cloué à la croix.

Honneur éternel à toi, Seigneur Jésus Christ : dans une telle angoisse tu as regardé avec des yeux d'amour ta noble mère qui n'avait jamais commis de péché ni consenti à la plus légère faute ; et pour sa consolation tu l'as confiée à la garde de ton disciple.

Bénédiction éternelle à toi, Jésus Christ mon Seigneur : dans les affres de la mort, tu as donné à tous les pécheurs l'espérance du pardon lorsque tu as miséricordieusement promis la gloire du paradis au malfaiteur qui se tournait vers toi.

Louange éternelle à toi, Jésus Christ mon Seigneur, pour cette heure où tu as souffert sur la croix, pour nous pécheurs, les plus grandes amertumes et les angoisses les plus extrêmes ; car les souffrances très aiguës de tes blessures atteignaient durement ton âme et transperçaient cruellement ton cœur sacré ; finalement ton cœur a éclaté, tu as rendu l'esprit et, penchant la tête, tu t'es remis humblement aux mains de Dieu ton Père, et alors ton corps a connu le froid de la mort.

Béni sois-tu, Jésus Christ mon Seigneur, qui as racheté les âmes par ton sang précieux et ta mort sacrée, toi qui les as miséricordieusement ramenées de l'exil à la vie éternelle.

Béni sois-tu, Jésus Christ mon Seigneur, qui pour notre salut as permis que ton côté et ton cœur fussent percés par la lance, et qui as fait jaillir de ton côté les flots de ton sang précieux pour nous racheter.

Gloire à toi, Jésus Christ mon Seigneur, parce que tu as voulu que ton corps béni soit déposé de la croix par tes amis et couché dans les bras de ta mère très douloureuse ; et parce que tu as permis qu'elle l'enveloppât de linges, qu'il soit mis au tombeau et gardé par des soldats.

Honneur éternel à toi, Jésus Christ mon Seigneur, qui es ressuscité des morts le troisième jour ; qui t'es manifesté vivant aux témoins de ton choix ; qui, après quarante jours, es monté au ciel à la vue de beaucoup, et qui y as établi avec honneur tes amis que tu avais délivrés des enfers.

Jubilation et louange éternelle à toi, Seigneur Jésus Christ, qui as envoyé le Saint-Esprit dans le cœur de tes disciples et as développé en eux un amour infini de Dieu.

Béni sois-tu, digne de louange et de gloire éternellement, Jésus mon Seigneur, qui trônes en ton royaume céleste dans la gloire de ta divinité, vivant corporellement avec tes membres très saints que tu as tirés de la chair de la Vierge. Et c'est ainsi que tu viendras au jour du jugement pour juger les âmes de tous, vivants et morts. Toi qui vis et règnes avec le Père et l'Esprit Saint pour les siècles des siècles. Amen.

Répons

R/ Puissance, honneur et gloire
à l'Agneau de Dieu !

Tu es digne, Seigneur,
de recevoir puissance, richesse, sagesse,
force, honneur, gloire et louange.

Car tu fus immolé,
et tu as racheté pour Dieu, par ton sang,
des hommes de toute langue, peuple et nation.

Tu fais de nous, pour notre Dieu,
un Royaume et des prêtres,
et nous régnerons sur la terre.

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Oraison

Dieu qui as révélé à sainte Brigitte les secrets du ciel, quand elle méditait la passion de ton Fils, fais que nous puissions nous aussi exulter de joie dans la révélation de ta gloire.