Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Vivre à Dieu seul

CFC — CNPL

Vivre à Dieu seul
Et se tenir en sa présence,
Tout quitter pour atteindre la paix,
Choisir le silence
Pour saisir la Parole,
Pour être ce disciple aux aguets
D'un mot, d'un ordre.

Fuir au désert
Mais rassembler dans la louange,
Consentir à toujours commencer,
Traduire en patience
Le désir du Royaume ;
Pouvoir être trahi sans cesser
De croire aux hommes.

Voir l'univers
A sa mesure véritable,
L'univers comme un point lumineux,
Léger grain de sable
Que l'Amour transfigure ;
Savoir que toute chose est en Dieu
Précieuse et pure.

Craindre sans peur
Dans l'abandon de tout son être,
N'avoir rien de plus cher que le Christ,
Servir le seul Maître
Dont le joug rende libre :
Ainsi dans la douceur de l'Esprit,
Benoît se livre.

Antienne

Tu nous as sauvés, Seigneur, nous t'en rendons grâce à jamais.

Psaume : 43 - I

2 Dieu, nous avons entendu dire, +
et nos pères nous ont raconté, *
quelle action tu accomplis de leur temps,
aux jours d'autrefois.

3 Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations, +
et ils purent s'implanter ; *
et tu as malmené des peuplades,
   et ils purent s'étendre.

4 Ce n'était pas leur épée qui possédait le pays, +
ni leur bras qui les rendait vainqueurs, *
mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face,
   car tu les aimais.

5 Toi, Dieu, tu es mon roi, *
tu décides des victoires de Jacob :
6 avec toi, nous battions nos ennemis ;
par ton nom, nous écrasions nos adversaires.

7 Ce n'est pas sur mon arme que je compte,
ni sur mon épée, pour la victoire.
8 Tu nous as donné de vaincre l'adversaire,
tu as couvert notre ennemi de honte.

9 Dieu était notre louange, tout le jour :
sans cesse nous rendions grâce à ton nom.

Antienne

Regarde, Seigneur, vois notre misère.

Psaume : 43 - II

10 Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes,
tu ne sors plus avec nos armées.
11 Tu nous fais plier devant l'adversaire,
et nos ennemis emportent le butin.

12 Tu nous traites en bétail de boucherie,
tu nous disperses parmi les nations.
13 Tu vends ton peuple à vil prix,
sans que tu gagnes à ce marché.

14 Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins,
aux rires, aux moqueries de l'entourage.
15 Tu fais de nous la fable des nations ;
les étrangers haussent les épaules.

16 Tout le jour, ma déchéance est devant moi,
la honte couvre mon visage,
17 sous les sarcasmes et les cris de blasphème,
sous les yeux de l'ennemi qui se venge.

Antienne

Debout, viens à notre aide, rachète-nous en raison de ton amour.

Psaume : 43 - III

18 Tout cela est venu sur nous
   sans que nous t'ayons oublié : *
nous n'avions pas trahi ton alliance.

19 Notre cœur ne s'était pas détourné
et nos pieds n'avaient pas quitté ton chemin
20 quand tu nous poussais au milieu des chacals
et nous couvrais de l'ombre de la mort.

21 Si nous avions oublié le nom de notre Dieu,
tendu les mains vers un dieu étranger,
22 Dieu ne l'eût-il pas découvert,
lui qui connaît le fond des cœurs ?
23 C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt,
qu'on nous traite en bétail d'abattoir.

24 Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ?
Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.
25 Pourquoi détourner ta face,
oublier notre malheur, notre misère ?

26 Oui, nous mordons la poussière,
notre ventre colle à la terre.
27 Debout ! Viens à notre aide !
Rachète-nous, au nom de ton amour.

Verset

V/ Seigneur, à qui irions-nous ?
Tu as les paroles de la vie éternelle.

Lecture : Préparatifs pour la construction du temple (1Ch 22, 5-19)

05 David disait : « Mon fils Salomon est jeune et faible, et la Maison qu’il faut bâtir pour le Seigneur doit être absolument grandiose, pour que son nom et sa splendeur soient connus dans tous les pays. Je veux donc en faire pour lui les préparatifs. » Ainsi, avant sa mort, David fit de grands préparatifs.
06 Puis il appela son fils Salomon et lui donna l’ordre de bâtir une maison pour le Seigneur, Dieu d’Israël.
07 David dit à Salomon : « Mon fils, j’avais à cœur de bâtir une maison pour le nom du Seigneur mon Dieu.
08 Mais la parole du Seigneur me fut adressée : “Tu as répandu beaucoup de sang et livré de grandes batailles ; ce n’est donc pas toi qui bâtiras une maison pour mon nom car tu as répandu devant moi beaucoup de sang sur la terre.
09 Voici qu’un fils te naîtra, lui sera un homme tranquille, et je lui procurerai la tranquillité du côté de tous les ennemis qui l’entourent. Son nom sera Salomon (c’est-à-dire : Pacifique), et, pendant sa vie, je donnerai la paix et le calme à Israël.
10 C’est lui qui bâtira une maison pour mon nom. Il sera pour moi un fils et je serai pour lui un père, et je rendrai stable pour toujours le trône de sa royauté sur Israël.”
11 Maintenant, mon fils, que le Seigneur soit avec toi, pour que tu réussisses à bâtir la Maison du Seigneur ton Dieu, comme il l’a promis à ton sujet.
12 Qu’il daigne t’accorder prudence et intelligence, quand il te donnera autorité sur Israël, pour que tu observes la Loi du Seigneur ton Dieu !
13 Alors, tu réussiras si tu observes et mets en pratique les décrets et les ordonnances que le Seigneur a prescrits à Moïse pour Israël. Sois fort et courageux ! Ne crains pas, ne t’effraie pas !
14 Voici que, dans ma peine, j’ai pu mettre de côté pour la Maison du Seigneur cent mille talents d’or, un million de talents d’argent, et une telle quantité de bronze et de fer qu’on ne peut les peser. J’ai aussi entreposé du bois et des pierres, et tu en ajouteras encore.
15 Tu as avec toi de nombreux artisans, ouvriers pour les carrières, ouvriers de la pierre et du bois, tous habiles pour tous les ouvrages.
16 Quant à l’or, à l’argent, au bronze et au fer, on ne saurait les compter. Lève-toi ! Au travail ! et que le Seigneur soit avec toi. »
17 Alors David donna ordre à tous les princes d’Israël de prêter main-forte à son fils Salomon :
18 « Le Seigneur, votre Dieu, n’est-il pas avec vous ? Il vous a donné partout la tranquillité, puisqu’il a livré entre mes mains les habitants du pays, et que le pays a été soumis au Seigneur et à son peuple.
19 Maintenant, appliquez votre cœur et votre âme à chercher le Seigneur, votre Dieu. Levez-vous, bâtissez le sanctuaire du Seigneur Dieu, et faites entrer l’arche de l’Alliance du Seigneur et les objets sacrés de Dieu dans la Maison bâtie au nom du Seigneur. »

Répons

R/ De quel amour j'aime ta demeure,
Seigneur, Dieu de l'univers !

David a dit à son fils :
Que maintenant le Seigneur soit avec toi,
pour que tu achèves sa maison, comme il l'a promis.

Donnez votre cœur et votre âme
à la recherche du Seigneur votre Dieu.
Allez, bâtissez-lui un sanctuaire.

 

PROLOGUE DE LA RÈGLE DE S. BENOÎT

Avant tout, demande à Dieu par une très instante prière qu’il mène à bonne fin tout bien que tu entreprends. Ainsi, celui qui a déjà daigné nous admettre au nombre de ses enfants n’aura pas sujet, un jour, de s’affliger de notre mauvaise conduite. Car, en tout temps, il faut avoir un tel soin d’employer à son service les biens qu’il a mis en nous, que non seulement il n’ait pas lieu, comme un père offensé, de priver ses fils de leur héritage, mais encore qu’il ne soit pas obligé, comme un maître redoutable et irrité de nos méfaits, de nous livrer à la punition éternelle, tels de très mauvais serviteurs qui n’auraient pas voulu le suivre pour entrer dans la gloire.

Levons-nous donc enfin, l’Écriture nous y invite : L’heure est venue, dit-elle, de sortir de notre sommeil. Ouvrons les yeux à la lumière qui divinise. Ayons les oreilles attentives à l’avertissement que Dieu nous adresse chaque jour : Si vous entendez aujourd’hui sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, et ailleurs : Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises. Et que dit-il ? Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur. Courez, pendant que vous avez la lumière de la vie, de peur que les ténèbres de la mort ne vous saisissent.

Le Seigneur, cherchant son ouvrier dans la multitude du peuple à laquelle il fait entendre ces appels, dit encore : Quel est celui qui désire la vie et souhaite voir des jours heureux ? Que si, à cette demande, tu lui réponds : « C’est moi », Dieu te réplique : Si tu veux jouir de la vie véritable et éternelle, garde ta langue du mal et tes lèvres de toute parole trompeuse ; détourne-toi du mal et fais le bien ; recherche la paix et poursuis-la. Et lorsque vous agirez de la sorte, mes yeux veilleront sur vous et mes oreilles seront attentives à vos prières, et avant même que vous ne m’invoquiez, je vous dirai : Me voici. Quoi de plus doux, frères très chers, que cette voix du Seigneur qui nous invite ? Voyez comme le Seigneur lui-même, dans sa bonté, nous montre le chemin de la vie.

Ceignons donc nos reins par la foi et la pratique des bonnes œuvres ; sous la conduite de l’Évangile, avançons sur ses chemins, afin de mériter de voir un jour celui qui nous a appelés dans son royaume. Si nous voulons habiter dans le tabernacle de ce royaume, sachons qu’on n’y parvient que si l’on y court par les bonnes actions. ~

Comme il y a un zèle amer, mauvais, qui sépare de Dieu et conduit en enfer, de même il y a un bon zèle qui éloigne des vices, et conduit à Dieu et à la vie éternelle. C’est ce zèle que les moines doivent pratiquer avec une ardente charité, c’est-à-dire : ils s’honoreront mutuellement de leurs prévenances ; ils supporteront très patiemment les infirmités d’autrui, tant celles du corps que celles de l’esprit ; ils s’obéiront à l’envi les uns aux autres ; nul ne recherchera ce qu’il juge utile pour soi, mais bien plutôt ce qui l’est pour autrui ; ils se rendront chastement les devoirs de la charité fraternelle ; ils auront pour Dieu une crainte inspirée par l’amour ; ils auront pour leur abbé un amour humble et sincère ; ils ne préféreront absolument rien au Christ, qui veut nous conduire tous ensemble à la vie éternelle.

Répons

Aujourd’hui le Seigneur nous appelle,       Stance
il cherche son disciple ;
une voix crie : « Écoute, fils,
prête l’oreille de ton cœur,
l’heure est venue de marcher vers la vie ».

R/ Dieu nous attend, pressons le pas
sur le chemin de l’Évangile.

Rude est la montée vers la lumière,
étroite, la porte du Royaume.

Humblement, par la patience,
tu entreras dans le mystère de la Pâque.

Dans la douceur de l’amour,
tu avanceras, le cœur libéré.

 

Oraison

Dieu qui as fait de saint Benoît un maître spirituel pour ceux qui apprennent à te servir, permets, nous t'en prions, que sans rien préférer à ton amour, nous avancions d'un cœur libre sur les chemins de tes commandements.