Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Esprit de Dieu, très pur Amour

J. Cl. Renard — Le Seuil

Esprit de Dieu, très pur Amour,
Descends dans notre nuit obscure ;
Le temps nous tient, la chair nous dure,
Esprit de feu, très pur Amour !

Cœur du Très-Haut, soleil du Christ,
Console-nous du grand hiver ;
Transforme avec nous l’univers,
Vigne de grâce, Hôte infini !

Esprit de Dieu, très pur Amour,
Descends dans notre nuit obscure ;
La soif nous tient, la mort nous dure,
Esprit de vie, très pur Amour !

Notre âme attend, notre âme a faim,
Sage conseil, ô Vérité,
De voir dans la pleine clarté
Le fruit parfait de tes desseins !

Esprit de Dieu, très pur Amour,
Descends dans notre nuit obscure ;
Destin nous tient, douleur nous dure,
Esprit de paix, très pur Amour !

Unique Amour, fais-nous ta proie,
Plie notre orgueil, panse nos plaies ;
De ta vigueur viens nous brûler,
Souffle de Dieu, Flamme de joie !

Esprit de Dieu, très pur Amour,
Descends dans notre nuit obscure ;
La chair nous tient, le temps nous dure,
Esprit du ciel, très pur Amour !

Antienne

Dieu est bon pour Israël, pour les hommes au cœur pur.

Psaume : 72 - I

1Vraiment, Dieu est bon pour Israël,
pour les hommes au cœur pur.

2Un rien, et je perdais pied,
un peu plus, et je faisais un faux pas ;
3car j’étais jaloux des superbes,
je voyais le succès des impies.

4Jusqu’à leur mort, ils ne manquent de rien,
ils jouissent d’une santé parfaite ;
5ils échappent aux souffrances des hommes,
aux coups qui frappent les mortels.

6Ainsi, l’orgueil est leur collier,
la violence, l’habit qui les couvre ;
7leurs yeux qui brillent de bien-être
trahissent les envies de leur cœur.

8Ils ricanent, ils prônent le mal,
de très haut, ils prônent la force ;
9leur bouche accapare le ciel,
et leur langue parcourt la terre.

10Ainsi, le peuple se détourne
vers la source d’une telle abondance.
11Ils disent : « Comment Dieu saurait-il ?
le Très-Haut, que peut-il savoir ? »

12Voyez comme sont les impies :
tranquilles, ils amassent des fortunes.

Antienne

Votre rire se changera en pleurs ; et votre joie, en deuil.

Psaume : 72 - II

13Vraiment, c’est en vain que j’ai gardé mon cœur pur,
lavé mes mains en signe d’innocence !
14Me voici frappé chaque jour,
châtié dès le matin.

15Si j’avais dit : « Je vais parler comme eux »,
j’aurais trahi la race de tes fils.
16Longtemps, j’ai cherché à savoir,
je me suis donné de la peine.

17Mais quand j’entrai dans la demeure de Dieu,
je compris quel serait leur avenir.
18Vraiment, tu les as mis sur la pente :
déjà tu les entraînes vers la ruine.

19Comment vont-ils soudain au désastre,
anéantis, achevés par la terreur ?
20A ton réveil, Seigneur, tu chasses leur image,
comme un songe au sortir du sommeil.

Antienne

Rester proche de Dieu fait tout mon bonheur.

Psaume : 72 - III

21Oui, mon cœur s’aigrissait,
j’avais les reins transpercés.
22Moi, stupide, comme une bête,
je ne savais pas, mais j’étais avec toi.

23Moi, je suis toujours avec toi,
avec toi qui as saisi ma main droite.
24Tu me conduis selon tes desseins ;
puis tu me prendras dans la gloire.

25Qui donc est pour moi dans le ciel
si je n’ai, même avec toi, aucune joie sur la terre ?
26Ma chair et mon cœur sont usés :
ma part, le roc de mon cœur, c’est Dieu pour toujours.

27Qui s’éloigne de toi périra :
tu détruis ceux qui te délaissent.
28Pour moi, il est bon d’être proche de Dieu ;
j’ai pris refuge auprès de mon Dieu
pour annoncer les œuvres du Seigneur
aux portes de Sion.

Verset

V/ Ta parole est la lumière de mes pas,
la lampe sur ma route.

Lecture : Vocation d'Ezéchiel (Ez 2, 8-10; 3, 11.16-21)

2.08 Et toi, fils d’homme, écoute ce que je te dis. Ne sois pas rebelle comme cette engeance de rebelles. Ouvre la bouche, et mange ce que je te donne. »
2.09 Alors j’ai vu : une main tendue vers moi, tenant un livre en forme de rouleau.
2.10 Elle le déroula devant moi ; ce rouleau était écrit au-dedans et au-dehors, rempli de lamentations, plaintes et clameurs.
3.11 « Va, rends-toi vers les exilés, vers les fils de ton peuple, et tu leur parleras. Qu’ils écoutent ou qu’ils n’écoutent pas, tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur Dieu. »
3.16 Au bout des sept jours, la parole du Seigneur me fut adressée :
3.17 « Fils d’homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d’Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.
3.18 Si je dis au méchant : “Tu vas mourir”, et que tu ne l’avertis pas, si tu ne lui dis pas d’abandonner sa conduite mauvaise afin qu’il vive, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang.
3.19 Au contraire, si tu avertis le méchant, et qu’il ne se détourne pas de sa méchanceté et de sa conduite mauvaise, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie.
3.20 Si le juste se détourne de sa justice et fait le mal, je le ferai trébucher : il mourra. Parce que tu ne l’auras pas averti, il mourra de son péché, et l’on ne se souviendra plus de la justice qu’il avait pratiquée ; mais à toi je demanderai compte de son sang.
3.21 Au contraire, si tu avertis le juste de ne pas pécher, et qu’en effet il ne pèche pas, c’est certain, il vivra parce qu’il aura été averti, et toi, tu auras sauvé ta vie. »

Répons

R/ Vivante est la Parole de Dieu,
plus pénétrante qu'un glaive.

Fils d'homme, je t'ai fait sentinelle :
de ma part, tu avertiras mon peuple.

Fils d'homme, porte-leur mes paroles,
qu'ils écoutent ou qu'ils n'écoutent pas.

SERMON DE SAINT AUGUSTIN SUR LES PASTEURS

Le pasteur doit-il vivre du troupeau ?

Voyons maintenant ce que dit la parole divine, qui ne ménage personne, aux pasteurs qui cherchent leur nourriture et non celle de leurs brebis : Vous avez bu leur lait, vous vous êtes habillés avec leur laine, vous avez égorgé les brebis grasses, vous n'étiez pas des bergers pour mon troupeau. Vous n'avez pas rendu des forces à la brebis chétive, guéri celle qui était faible, soigné celle qui était blessée. Vous n'avez pas ramené la brebis égarée, cherché celle qui était perdue ; celle qui était forte, vous l'avez accablée. Mes brebis se sont dispersées parce qu'il n'y a pas de berger.

On dit aux pasteurs qui s'occupent d'eux-mêmes et non des brebis ce qu'ils aiment et ce qu'ils négligent. Ce qu'ils aiment ? Vous avez bu leur lait, vous vous êtes habillés avec leur laine. Ce qui fait dire à l'Apôtre : Est-ce qu'on plante une vigne sans en manger le fruit ? Est-ce qu'on est berger d'un troupeau sans boire son lait ? Nous comprenons alors que « le lait du troupeau », c'est tout ce que le peuple de Dieu verse aux supérieurs pour leur soutien temporel. C'est en ce sens que l'Apôtre parle dans le texte que je viens de citer.

Bien qu'il ait préféré vivre du travail de ses mains et ne pas demander de lait à ses brebis, cependant il affirme bien qu'il peut percevoir ce lait ; et que le Seigneur en avait disposé ainsi : Ceux qui annoncent l'Évangile doivent vivre de l'Évangile. Il affirme que d'autres collègues dans l'apostolat ont usé de ce pouvoir: celui-ci leur avait été donné, ils ne l'ont pas usurpé. Lui-même a fait davantage : il n'a pas pris ce qui lui était dû. Lui-même a fait don de ce qui lui était dû, mais si un autre l'a exigé, ce n'était pas quelque chose d'indu. C'est lui, Paul, qui a fait davantage. Peut-être est-ce à lui que faisait allusion le Samaritain qui disait, en amenant le blessé à l'hôtellerie : S'il dépense davantage, je te rembourserai à mon retour.

Que dire encore de ceux qui ne réclament pas le lait du troupeau ? Ils sont pleins de miséricorde, ou plutôt ils accomplissent plus généreusement leur office qui est justement celui de la miséricorde. Il faut louer ceux-là, sans critiquer les autres. Car l'Apôtre lui-même ne demande pas de cadeaux. Cependant il désirait la fécondité du troupeau, et non pas une stérilité qui l'aurait privé de lait.

Répons

Le Berger a été frappé ;                 Stance
les brebis ont été dispersées dans les ténèbres,
mais le Dieu de la paix
a ramené des morts le grand Pasteur du troupeau.
Reconnaissons sa voix :
« Venez, les bénis de mon Père !

R/ Conduis-nous, Seigneur, aux sources de la vie.

Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
la nation qu'il s'est choisie en héritage.

Le Seigneur a les yeux sur ses fidèles,
sur ceux qui espèrent son amour.

Notre âme attend le Seigneur,
notre secours et bouclier, c'est lui.

Sur nous, Seigneur, soit ton amour,
ainsi qu'en toi fut notre espoir.

Oraison

Dieu éternel et tout-puissant, dirige notre vie selon ton amour, afin qu’au nom de ton Fils bien-aimé, nous portions des fruits en abondance.