Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : O toi, l'au-delà de tout

Grégoire de Nazianze — Aubier

O toi, l'au-delà de tout,
n'est-ce pas là tout ce qu'on peut chanter de toi ?
Quelle hymne te dira, quel langage ?
Aucun mot ne t'exprime.
A quoi l'esprit s'attachera-t-il ?
Tu dépasses toute intelligence.
Seul, tu es indicible,
car tout ce qui se dit est sorti de toi.
Seul, tu es inconnaissable,
car tout ce qui se pense est sorti de toi.
Tous les êtres,
ceux qui parlent et ceux qui sont muets,
te proclament.
Tous les êtres,
ceux qui pensent et ceux qui n'ont point la pensée,
te rendent hommage.
Le désir universel,
l'universel gémissement tend vers toi.
Tout ce qui est te prie,
et vers toi tout être qui pense ton univers
fait monter une hymne de silence.
Tout ce qui demeure demeure par toi ;
par toi subsiste l'universel mouvement.
De tous les êtres tu es la fin ;
tu es tout être, et tu n'en es aucun.
Tu n'es pas un seul être,
tu n'es pas leur ensemble.
Tu as tous les noms, et comment te nommerai-je,
toi le seul qu'on ne peut nommer?
Quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées
qui couvrent le ciel même?
Prends pitié,
Ô toi, l'au-delà de tout,
n'est-ce pas tout ce qu'on peut chanter de toi?

Antienne

Amour et vérité te précèdent, Seigneur !

Psaume : 88 - I

2L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
3Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

4« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
5J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

6Que les cieux rendent grâce pour ta merveille, Seigneur,
et l’assemblée des saints, pour ta fidélité.
7Qui donc, là-haut, est comparable au Seigneur ?
Qui d’entre les dieux est semblable au Seigneur ?

8Parmi tous les saints, Dieu est redoutable,
plus terrible que tous ceux qui l’environnent.
9Seigneur, Dieu de l’univers, qui est comme toi,
Seigneur puissant que ta fidélité environne ?

10C’est toi qui maîtrises l’orgueil de la mer ;
quand ses flots se soulèvent, c’est toi qui les apaises.
11C’est toi qui piétinas la dépouille de Rahab ;
par la force de ton bras, tu dispersas tes ennemis.

12A toi, le ciel ! A toi aussi, la terre !
C’est toi qui fondas le monde et sa richesse !
13C’est toi qui créas le nord et le midi :
le Tabor et l’Hermon, à ton nom, crient de joie.

14A toi, ce bras, et toute sa vaillance !
Puissante est ta main, sublime est ta droite !
15Justice et droit sont l’appui de ton trône.
Amour et Vérité précèdent ta face.

16Heureux le peuple qui connaît l’ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
17tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

18Tu es sa force éclatante ;
ta grâce accroît notre vigueur.
19Oui, notre roi est au Seigneur ;
notre bouclier, au Dieu saint d’Israël.

Antienne

Tu es le Fils de Dieu, de la race de David selon la chair.

Psaume : 88 - II

20Autrefois, tu as parlé à tes amis,
dans une vision tu leur as dit :
« J’ai donné mon appui à un homme d’élite,
j’ai choisi dans ce peuple un jeune homme.

21« J’ai trouvé David, mon serviteur,
je l’ai sacré avec mon huile sainte ;
22et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.

23« L’ennemi ne pourra le surprendre,
le traître ne pourra le renverser ;
24j’écraserai devant lui ses adversaires
et je frapperai ses agresseurs.

25« Mon amour et ma fidélité sont avec lui,
mon nom accroît sa vigueur ;
26j’étendrai son pouvoir sur la mer
et sa domination jusqu’aux fleuves.

27« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
28Et moi, j’en ferai mon fils aîné,
le plus grand des rois de la terre !

29« Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle ;
30je fonderai sa dynastie pour toujours,
son trône aussi durable que les cieux.

Antienne

J'ai gardé pour toujours la dynastie de David, mon serviteur.

Psaume : 88 - III

31« Si ses fils abandonnent ma loi
et ne suivent pas mes volontés,
32s’ils osent violer mes préceptes
et ne gardent pas mes commandements,

33« je punirai leur faute en les frappant,
et je châtierai leur révolte,
34mais sans lui retirer mon amour,
ni démentir ma fidélité.

35« Jamais je ne violerai mon alliance,
ne changerai un mot de mes paroles.
36Je l’ai juré une fois sur ma sainteté ;
non, je ne mentirai pas à David !

37« Sa dynastie sans fin subsistera
et son trône, comme le soleil en ma présence,
38comme la lune établie pour toujours,
fidèle témoin là-haut ! »

Verset

V/ Quand on découvre tes paroles, c'est la lumière,
et les simples comprennent.

Lecture : Exigences de l'alliance (Dt 29, 1-5.9-28)

01 Moïse convoqua tout Israël et il leur dit : Vous avez vu de vos propres yeux tout ce que le Seigneur a fait dans le pays d’Égypte à Pharaon, à tous ses serviteurs et à tout son pays :
02 les grandes épreuves que vous avez vues de vos yeux, ces signes et ces prodiges grandioses.
03 Mais, jusqu’à ce jour, le Seigneur ne vous a pas donné un cœur pour connaître, des yeux pour voir, des oreilles pour entendre.
04 Pendant quarante ans, je vous ai fait marcher dans le désert : les habits que vous portiez ne se sont pas usés, ni les sandales, à vos pieds.
05 Vous n’avez pas eu de pain à manger, ni de vin ou de boisson forte à boire : cela pour que vous reconnaissiez que je suis le Seigneur votre Dieu.
09 Aujourd’hui, vous vous tenez tous debout devant le Seigneur votre Dieu : vos chefs, vos tribus, vos anciens, vos scribes, tous les hommes d’Israël,
10 vos petits enfants, vos femmes et l’immigré qui réside à l’intérieur de ton camp, aussi bien celui qui coupe ton bois et que celui qui puise ton eau ;
11 tu es là pour passer dans l’alliance du Seigneur ton Dieu, cette alliance, avec son poids de malédictions, le Seigneur ton Dieu la conclut avec toi aujourd’hui,
12 pour te constituer aujourd’hui comme son peuple et être lui-même ton Dieu, ainsi qu’il te l’a déclaré et qu’il l’a juré à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob.
13 Cette alliance, avec son poids de malédictions, je ne la conclus pas avec vous seulement,
14 je la conclus aussi bien avec celui qui se trouve présent ici aujourd’hui avec nous devant le Seigneur notre Dieu, qu’avec celui qui ne se trouve pas présent ici aujourd’hui avec nous.
15 Vous savez, vous, comment nous avons habité au pays d’Égypte et comment nous avons passé au milieu des nations dont vous avez traversé le territoire.
16 Vous avez vu les horreurs et les idoles immondes qu’elles possèdent : du bois et de la pierre, de l’argent et de l’or !
17 Qu’il n’y ait donc pas chez vous homme, femme, clan ou tribu dont le cœur se détourne aujourd’hui du Seigneur notre Dieu pour aller servir les dieux de ces nations ; qu’il n’y ait chez vous aucune racine produisant du poison ou de l’absinthe.
18 Mais si quelqu’un, alors qu’il entend ces paroles de malédictions, se bénit lui-même en disant : « La paix soit avec moi, même si je marche selon mon cœur endurci ! Car il est vrai, le proverbe : Terre abreuvée n’a plus soif ! »,
19 à celui-là le Seigneur ne pourra pardonner. Alors la colère du Seigneur et son ardeur jalouse s’enflammeront contre cet homme, toutes les malédictions décrites dans ce livre s’abattront sur lui, et le Seigneur effacera son nom sous les cieux.
20 Pour son malheur, le Seigneur le mettra à part de toutes les tribus d’Israël, conformément à toutes les malédictions de l’alliance écrite dans ce livre de la Loi.
21 La génération suivante, celle de vos fils qui se lèveront après vous, et l’étranger venu d’un pays lointain, voyant les plaies de ce pays et les maladies infligées par le Seigneur, diront :
22 « Toute la terre n’est plus que soufre, sel et feu ; elle n’est plus ensemencée ; rien ne germe et rien ne pousse, pas une herbe. C’est une catastrophe comme Sodome et Gomorrhe, comme Adma et Seboïm, que le Seigneur a ravagées dans sa colère et sa fureur. »
23 Et toutes les nations demanderont : « Pourquoi le Seigneur a-t-il ainsi traité ce pays ? Pourquoi une colère d’une telle ardeur ? »
24 Et on répondra : « C’est parce qu’ils ont abandonné l’alliance du Seigneur, le Dieu de leurs pères, cette alliance qu’il avait conclue avec eux quand il les fit sortir du pays d’Égypte.
25 Ils sont allés servir d’autres dieux, ils se sont prosternés devant eux, des dieux qu’ils ne connaissaient pas et que le Seigneur ne leur avait pas donnés en partage.
26 La colère du Seigneur s’est enflammée à ce point contre ce pays qu’il a fait venir sur lui toutes les malédictions décrites dans ce livre.
27 Avec colère, fureur et grande irritation, le Seigneur les a arrachés de leur terre et les a jetés sur une autre terre ; ainsi en est-il aujourd’hui. »
28 Au Seigneur notre Dieu sont les choses cachées, mais les choses révélées sont pour nous et nos fils à jamais, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette Loi.

Répons

R/ À toi, Seigneur notre Dieu,
les choses cachées,
à nous, celles que tu nous as révélées !

Le Seigneur vous a donné
un coeur pour connaître,
des yeux pour voir, des oreilles pour entendre.

Voici l'alliance jurée par le Seigneur :
Il fera de toi un grand peuple,
et lui sera ton Dieu.

Que nul d'entre vous
ne détourne son cœur du Seigneur,
en allant servir les dieux des nations.

 

DE L'INTRODUCTION À LA VIE DÉVOTE PAR S. FRANÇOIS DE SALES

Dieu commanda en la création aux plantes de porter leurs fruits, chacune selon son genre : ainsi commande-t-il aux chrétiens, qui sont les plantes vivantes de son Église, qu'ils produisent des fruits de dévotion, un chacun selon sa qualité et vocation. La dévotion doit être différemment exercée par le gentilhomme, par l'artisan, par le valet, par le prince, par la veuve, par la fille, par la mariée ; et non seulement cela, mais il faut accommoder la pratique de la dévotion aux forces, aux affaires et aux devoirs de chaque particulier. Je vous prie, Philothée, serait-il à propos que l'Évêque voulût être solitaire comme les Chartreux ? Et si les mariés ne voulaient rien amasser non plus que les Capucins, si l'artisan était tout le jour à l'église comme le religieux, et le religieux toujours exposé à toutes sortes de rencontres pour le service du prochain comme l'Évêque, cette dévotion ne serait-elle pas ridicule, déréglée et insupportable ? Cette faute néanmoins arrive bien souvent.

Non, Philothée, la dévotion ne gâte rien quand elle est vraie, ainsi elle perfectionne tout, et lorsqu'elle se rend contraire à la légitime vocation de quelqu'un, elle est sans doute fausse. « L'abeille, dit Aristote, tire son miel des fleurs sans les intéresser », les laissant entières et fraîches comme elle les a trouvées ; mais la vraie dévotion fait encore mieux, car non seulement elle ne gâte nulle sorte de vocation ni d'affaires, mais au contraire elle les orne et embellit. Toutes sortes de pierreries jetées dedans le miel en deviennent plus éclatantes, chacune selon sa couleur et chacun devient plus agréable en sa vocation la conjoignant à la dévotion : le soin de la famille en est rendu paisible, l'amour du mari et de la femme plus sincère, le service du prince plus fidèle, et toutes sortes d'occupations plus suaves et amiables.

C'est une erreur mais une hérésie, de vouloir bannir la vie dévote de la compagnie des soldats, de la boutique des artisans, de la cour des princes, du ménage des gens mariés. Il est vrai, Philothée, que la dévotion purement contemplative, monastique et religieuse ne peut être exercée en ces vocations-là mais aussi, outre ces trois sortes de dévotion, il y en a plusieurs autres, propres à perfectionner ceux qui vivent ès états séculiers. Où que nous soyons, nous pouvons et devons aspirer à la vie parfaite.

Répons

R/ Le fruit de l'Esprit est amour, joie et paix.

Si nous vivons par l'Esprit,
marchons aussi dans l'Esprit.

Si vous êtes conduits par l'Esprit,
vous n'êtes plus soumis à la loi.

Oraison

Pour le salut des âmes, Seigneur, tu as voulu que l'évêque saint François de Sales devienne le serviteur de tous en toutes choses ; fais que, soutenus par son exemple, nous donnions une preuve de ta douce charité en nous dévouant pour nos frères.