logo de l'association épiscopale liturgique pour les pays francophones
A- A A+

Lectures de la messe

Accueil » Lectures


29 août 2014
Vendredi, 21ème Semaine du Temps Ordinaire
[Couleur liturgique : Rouge]
Martyre de S. Jean Baptiste

Couleur liturgique du jour : Rouge.

Couleur liturgique qui évoque le sang ou le feu. Elle est utilisée le dimanche des Rameaux, le Ven­dredi saint, le jour de la Pentecôte et aux messes en l’honneur du Saint-Esprit, en la fête de la sainte Croix, aux fêtes des Apôtres et évangélistes, et aux fêtes des saints martyrs.


  Cliquez pour en savoir plus.
Mémoire
  • > Aujourd'hui
  • > Dimanche prochain
  • > Autre date
Calendrier liturgique catholique romain.
Recevez chaque matin par email les lectures du jour :

1ère lecture : « Je fais de toi une ville fortifiée face aux rois... » (Jr 1, 17-19)


Lecture du livre de Jérémie

Le Seigneur m'adressa la parole et me dit :
« Lève-toi, tu prononceras contre mon peuple tout ce que je t'ordonnerai. Ne tremble pas devant eux, sinon, c'est moi qui te ferai trembler devant eux. Moi, je fais de toi aujourd'hui une ville fortifiée, une colonne de fer, un rempart de bronze, pour faire face à tout le pays, aux rois de Juda et à ses chefs, à ses prêtres et à tout le peuple. Ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer. Parole du Seigneur. »

Psaume : 70,1-2, 5-6ab, 15ab.17


R/ Seigneur, ma bouche annoncera ta justice.


En toi, Seigneur, j'ai mon refuge :
garde-moi d'être humilié pour toujours.
 
Dans ta justice, défends-moi, libère-moi,
tends l'oreille vers moi, et sauve-moi.
 

Sois le rocher qui m'accueille,
toujours accessible ; 
tu as résolu de me sauver :
ma forteresse et mon roc, c'est toi !
 

Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
mon appui dès ma jeunesse.
 
Toi, mon soutien dès avant ma naissance, 
tu m'as choisi dès le ventre de ma mère.

Ma bouche annonce tout le jour 
tes actes de justice et de salut.
Mon Dieu, tu m'as instruit dès ma jeunesse,
jusqu'à présent, j'ai proclamé tes merveilles.

Evangile : La mort de Jean Baptiste (Mc 6,17-29)


Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jean était la lampe qui brûle et qui éclaire ; il a rendu jusqu'à la mort témoignage à la vérité. Alléluia. (cf. Jn 5, 35.33)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Hérode, prince de Galilée, avait fait arrêter Jean et l'avait mis en prison. En effet, il avait épousé Hérodiade, la femme de son frère Philippe, et Jean lui disait : « Tu n'as pas le droit de prendre la femme de ton frère. » Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mettre à mort. Mais elle n'y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l'avait entendu, il était très embarrassé, et pourtant, il aimait l'entendre.

Cependant, une occasion favorable se présenta lorsque Hérode, pour son anniversaire, donna un banquet à ses dignitaires, aux chefs de l'armée et aux notables de la Galilée. La fille d'Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi tout ce que tu veux, je te le donnerai. » Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c'est la moitié de mon royaume. »
Elle sortit alors pour dire à sa mère : « Qu'est-ce que je vais demander ? » Hérodiade répondit : « La tête de Jean le Baptiste. »
Aussitôt la jeune fille s'empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande : « Je veux que tout de suite tu me donnes sur un plat la tête de Jean Baptiste. »
Le roi fut vivement contrarié ; mais à cause du serment fait devant les convives, il ne voulut pas lui opposer un refus.
Aussitôt il envoya un garde avec l'ordre d'apporter la tête de Jean. Le garde s'en alla, et le décapita dans la prison. Il apporta 1a tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.

Lorsque les disciples de Jean apprirent cela, ils vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.