logo de l'association épiscopale liturgique pour les pays francophones
A- A A+

Liturgie des Heures - Office des Lectures

Accueil » Lectures


24 avril 2014
Jeudi,
[Couleur liturgique : Blanc]
Jeudi dans l'Octave de Pâques

Couleur liturgique du jour : Blanc.

Couleur liturgique des ornements utilisés au temps de Noël et au temps pascal. On la retrouve aux fêtes de la dédicace, de la Vierge Marie, des anges, des pasteurs, des docteurs de l’Église, des saints et des saintes qui ne sont pas martyrs. Le blanc évoque la pureté, mais plus encore la Gloire divine et l’éclat de tout ce qui touche à Dieu. C’est la couleur de la résurrection.


  Cliquez pour en savoir plus.
Solennité du Seigneur
  • > Aujourd'hui
  • > Dimanche prochain
  • > Autre date
Calendrier liturgique catholique romain.
Recevez chaque matin par email les lectures du jour :

Hymne : Il s'est levé d'entre les morts

Il s'est levé d'entre les morts

Il s'est levé d'entre les morts,
Le Fils de Dieu, notre frère.
Il s'est levé libre et vainqueur ;
Il a saisi notre destin
Au cœur du sien
Pour le remplir de sa lumière.

Sur lui dans l'ombre sont passées
Les grandes eaux baptismales
De la douleur et de la mort ;
Et maintenant, du plus profond
De sa passion,
Monte sur nous l'aube pascale.

L'histoire unique est achevée :
Premier enfant du Royaume,
Christ est vivant auprès de Dieu ;
Mais son exode humble et caché,
Le Fils aîné
Le recommence pour chaque homme.

Ne cherchons pas hors de nos vies
À retrouver son passage :
il nous rejoint sur nos sentiers ;
Mais au-delà de notre mort
C'est lui encor
Qui nous attend sur le rivage.

Antienne

Tous les peuples le diront : Éternel est son amour ! Alléluia !

Psaume : (117 - I)

1Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! *
Éternel est son amour !

2Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour ! +
3Que le dise la maison d'Aaron :
Éternel est son amour ! *
4Qu'ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

Antienne

Je ne mourrai pas, je vivrai ; j'annoncerai les actions du Seigneur, alléluia !

Psaume 117 - II

5Dans mon angoisse j'ai crié vers le Seigneur,
et lui m'a exaucé, mis au large.
6Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas ;
que pourrait un homme contre moi ?
7Le Seigneur est avec moi pour me défendre,
et moi, je braverai mes ennemis.

8Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes ; *
9mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !

10Toutes les nations m'ont encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
11Elles m'ont cerné, encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
12Elles m'ont cerné comme des guêpes : +
(– ce n'était qu'un feu de ronces –) *
au nom du Seigneur, je les détruis !

13On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le Seigneur m'a défendu.
14Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

15Clameurs de joie et de victoire *
sous les tentes des justes :
« Le bras du Seigneur est fort,
16le bras du Seigneur se lève, *
le bras du Seigneur est fort ! »

17Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
18il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort.

19Ouvrez-moi les portes de justice :
j'entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
20« C'est ici la porte du Seigneur :
qu'ils entrent, les justes ! »
21Je te rends grâce car tu m'as exaucé :
tu es pour moi le salut.

22La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle :
23c'est là l'oeuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
24Voici le jour que fit le Seigneur,
qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !

Antienne

Rendez grâce au Seigneur : éternel est son amour ! Alléluia !

Psaume 117 - III

25Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !

26Béni soit au nom du Seigneur
celui qui vient ! *
De la maison du Seigneur,
nous vous bénissons !

27Dieu, le Seigneur, nous illumine. *
Rameaux en main, formez vos cortèges
jusqu'auprès de l'autel.

28Tu es mon Dieu, je te rends grâce, *
mon Dieu, je t'exalte !

29Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
V/ En ta résurrection, ô Christ, alléluia.
le ciel et la terre se réjouissent, alléluia.

Lecture : Témoins du Christ (1P 3, 1-17)



CATÉCHÈSE DE JÉRUSALEM AUX NOUVEAUX BAPTISÉS

Baptisés dans la mort et la résurrection du Christ

Vous avez été conduits par la main à la piscine du baptême, comme le Christ est allé de la croix au tombeau qui est devant vous.

On a demandé à chacun s'il croyait au nom du Père et du Fils, et du Saint-Esprit. Vous avez proclamé la confession de foi qui donne le salut et vous avez été plongés trois fois dans l'eau, et ensuite vous en êtes sortis. C'est ainsi que vous avez rappelé symboliquement la sépulture du Christ pendant trois jours.

De même, en effet, que notre Sauveur a passé trois jours et trois nuits au cœur de la terre, c'est ainsi que vous, en sortant de l'eau pour la première fois, vous avez représenté la première journée du Christ dans la terre ; et la nuit, en étant plongés. Celui qui est dans la nuit ne voit plus rien, tandis que celui qui est dans le jour vit dans la lumière. C'est ainsi qu'en étant plongés comme dans la nuit vous ne voyiez rien ; mais en sortant de l'eau vous vous retrouviez comme dans le jour. Dans un même moment vous mouriez et vous naissiez. Cette eau de salut est devenue à la fois votre sépulture et votre mère.

Ce que Salomon dit à un autre sujet pourrait s'appliquer à vous : Il y a un temps pour enfanter, et un temps pour mourir. Mais pour vous c'était l'inverse : un temps pour mourir et un temps pour naître. Un seul temps a produit les deux effets, et votre naissance a coïncidé avec votre mort.

Chose étrange et incroyable ! Nous n'avons pas été véritablement morts ni véritablement ensevelis, et nous avons ressuscité sans être véritablement crucifiés. Mais si la représentation ne réalise qu'une image, le salut, lui, est véritable.

Le Christ a été réellement crucifié, réellement enseveli, et il a ressuscité véritablement. Et tout ceci nous est accordé par grâce. Unis par la représentation de ses souffrances, c'est en toute vérité que nous gagnons le salut.

Bonté excessive pour les hommes ! Le Christ a reçu les clous dans ses mains toutes pures, et il a souffert ; et moi, qui n'ai connu ni la souffrance ni la peine, il me fait, par pure grâce, participer au salut !

Personne donc ne doit penser que le baptême consiste simplement dans le pardon des péchés et la grâce de la filiation adoptive ; il en était ainsi pour le baptême de Jean, qui ne procurait que le pardon des péchés. Mais nous savons très précisément que notre baptême, s'il est purification des péchés et nous attire le don de l'Esprit Saint, est aussi l'empreinte et l'image de la passion du Christ. C'est pourquoi saint Paul proclamait : Ne le savez-vous pas ? Nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Nous avons donc été mis au tombeau avec lui par le baptême.


Hommes nouveaux                             Stance
baptisés dans le Christ, alléluia,
vous avez revêtu le Christ, alléluia !
Héritiers avec lui d'un Royaume de lumière,
vous possédez la liberté des fils de Dieu
pour annoncer au monde :

R/ Nous sommes au Christ,
et le Christ est à Dieu.
Alléluia ! Alléluia !

Venez, voyez les gestes de Dieu,
redoutable en hauts faits pour les hommes.

Il changea la mer en terre ferme,
on passa le fleuve à pied sec.

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Oraison

Dieu qui as uni tant de peuples divers dans la même confession de ton nom, accorde à tous les baptisés d'avoir au cœur la même foi et dans la vie le même amour.