logo de l'association épiscopale liturgique pour les pays francophones
A- A A+

Liturgie des Heures - Office des Lectures

Accueil » Lectures


30 septembre 2016
Vendredi, 26ème Semaine du Temps Ordinaire
[Couleur liturgique : blanc]
S. Jérôme, prêtre et docteur de l'Eglise

Couleur liturgique du jour : Blanc.

Couleur liturgique des ornements utilisés au temps de Noël et au temps pascal. On la retrouve aux fêtes de la dédicace, de la Vierge Marie, des anges, des pasteurs, des docteurs de l’Église, des saints et des saintes qui ne sont pas martyrs. Le blanc évoque la pureté, mais plus encore la Gloire divine et l’éclat de tout ce qui touche à Dieu. C’est la couleur de la résurrection.


  Cliquez pour en savoir plus.
Mémoire
  • > Aujourd'hui
  • > Dimanche prochain
  • > Autre date
Calendrier liturgique catholique romain.
Recevez chaque matin par email les lectures du jour :

Hymne : Retournez-vous, voici l'Esprit

Retournez-vous, voici l'Esprit
Du Seigneur, au vent de la nuit,
Qui passe au monde ;
Accueillez-le, ne craignez rien ;
A la croisée de vos chemins,
Laissez-vous couvrir de son ombre.

N'alliez-vous pas vous desséchant
Dans vos lois de chair et de sang,
A perte d'être ?
Hébergez-le, vous renaîtrez,
Car Dieu travaille au plus secret :
Sa lumière luit aux ténèbres.

Ouvrez la fente de vos coeurs,
Et voyez celle du Seigneur,
L'arbre de vie ;
Rapprochez-les, restez greffés,
Buvez la sève désormais
Dont la plaie du Christ est remplie.

Et son Esprit brise les joints
Avec l'arbre mort du jardin
De sève humaine ;
Ne manquez pas ici le bond
Des derniers temps de création
Où l'amour de Dieu nous entraîne.

Ne rompez pas vos nouveaux liens :
Vous croîtrez avec l'Esprit Saint
Jusqu'à cette heure
Du Fils de l'homme éblouissant
Par tous les hommes de son sang
Qui l'auront choisi pour demeure.

Antienne

Seigneur, reprends-moi sans colère !

Psaume 37 - I

2Seigneur, corrige-moi sans colère
et reprends-moi sans violence.

3Tes flèches m'ont frappé,
ta main s'est abattue sur moi.
4Rien n'est sain dans ma chair sous ta fureur,
rien d'intact en mes os depuis ma faute.

5Oui, mes péchés me submergent,
leur poids trop pesant m'écrase.
6Mes plaies sont puanteur et pourriture :
c'est là le prix de ma folie.

7Accablé, prostré, à bout de forces,
tout le jour j'avance dans le noir.
8La fièvre m'envahit jusqu'aux moelles,
plus rien n'est sain dans ma chair.

Antienne

Seigneur, tout mon désir est devant toi.

Psaume 37 - II

9Brisé, écrasé, à bout de forces,
mon coeur gronde et rugit.
10Seigneur, tout mon désir est devant toi,
et rien de ma plainte ne t'échappe.

11Le coeur me bat, ma force m'abandonne,
et même la lumière de mes yeux.
12Amis et compagnons se tiennent à distance,
et mes proches, à l'écart de mon mal.

13Ceux qui veulent ma perte me talonnent,
ces gens qui cherchent mon malheur ;
ils prononcent des paroles maléfiques,
tout le jour ils ruminent leur traîtrise.

Antienne

Oui, j'avoue mon péché ; ne m'abandonne pas, mon Sauveur !

Psaume 37 - III

14Moi, comme un sourd, je n'entends rien,
comme un muet, je n'ouvre pas la bouche,
15pareil à celui qui n'entend pas,
qui n'a pas de réplique à la bouche.

16C'est toi que j'espère, Seigneur :
Seigneur mon Dieu, toi, tu répondras.
17J'ai dit : «Qu'ils ne triomphent pas,
ceux qui rient de moi quand je trébuche ! »

18Et maintenant, je suis près de tomber,
ma douleur est toujours devant moi.
19Oui, j'avoue mon péché,
je m'effraie de ma faute.

20Mes ennemis sont forts et vigoureux,
ils sont nombreux à m'en vouloir injustement.
21Ils me rendent le mal pour le bien ;
quand je cherche le bien, ils m'accusent.

22Ne m'abandonne jamais, Seigneur,
mon Dieu, ne sois pas loin de moi.
23Viens vite à mon aide,
Seigneur, mon salut !
V/ Tu es mon rempart et mon refuge :
j'espère en ta parole.

Lecture : Tenir ferme dans le Seigneur (Ph 3, 17-21; 4, 1-9)




R/ Que la paix de Dieu
garde nos coeurs et nos pensées dans le Christ.

Le Seigneur est proche,
réjouissons-nous en tout temps.

Le Seigneur est proche,
tenons ferme dans sa parole.

PROLOGUE DU COMMENTAIRE D'ISAÏE PAR S. JÉRÔME

En accomplissant une promesse faite à Paula, j'obéis aux préceptes du Christ qui dit : Scrutez les Écritures, et aussi : Cherchez, et vous trouverez. Je ne veux pas qu'il me dise, comme aux Juifs : Vous êtes dans l'erreur, parce que vous méconnaissez les Écritures et la puissance de Dieu. Si, selon l'Apôtre Paul, le Christ est puissance de Dieu et sagesse de Dieu, et si celui qui méconnaît les Écritures méconnaît la puissance de Dieu et sa sagesse : ignorer les Écritures, c'est ignorer le Christ.

J'imiterai donc le père de famille qui tire de son trésor du nouveau et de l'ancien, et aussi l'épouse qui dit, dans le Cantique des cantiques : Les fruits nouveaux, comme les anciens, je les ai gardés pour toi. Et c'est ainsi que je commenterai Isaïe ; je l'enseignerai comme étant non seulement un prophète, mais un évangéliste et un apôtre. Il a dit de lui-même, en effet, comme des autres évangélistes : Qu'ils sont beaux, les pieds de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles, qui annoncent la paix. Et Dieu lui parle comme à un apôtre : Qui enverrai-je vers ce peuple ? Et Isaïe répond : Me voici, envoie-moi.

Personne ne doit croire que je désire résumer brièvement le contenu de ce livre, car le texte en question embrasse tous les mystères du Seigneur : il annonce I'Emmanuel né de la Vierge ; il prédit qu'il accomplira des œuvres et des signes éclatants ; mort et enseveli, ressuscitant du séjour des morts, il sera le Sauveur de toutes les nations. Vais-je parler de physique, de morale et de logique ? Tout ce qu'il y a dans les saintes Écritures, tout ce que la parole humaine peut exprimer et tout ce que peut assimiler l'intelligence des mortels, est contenu dans ce livre. Celui qui l'a écrit témoigne lui-même de tous ces mystères : Toute vision est devenue pour vous comme les paroles d'un livre scellé. On le donne à quelqu'un qui sait lire, en lui disant : « Lis cela ». Et il répond : « Je ne peux pas, parce que le livre est scellé. » Ou bien on le donne à quelqu'un qui ne sait pas lire, en lui disant : « Lis cela ». Il répond : «Je ne sais pas lire. » ~

Écoutez ce que dit saint Paul : Que deux ou trois prophètes prennent la parole, et que les autres jugent. Si un assistant reçoit une révélation, celui qui parle doit se taire. Comment pourra-t-il se taire, puisque le Saint-Esprit, qui parle par les prophètes, est libre de se taire ou de parler ? Si donc ils comprenaient ce qu'ils disaient, c'est que tout est plein de sagesse et de raison. Ce n'est pas la vibration de l'air qui parvenait à leurs oreilles, mais c'est Dieu qui parlait dans l'esprit des prophètes, selon ce que dit un autre prophète : C'est un ange qui me parlait. Et aussi : Ils crient dans nos cœurs: Abba, Père. Et encore : J'écouterai ce que dira en moi le Seigneur Dieu.

 

R/Vivante est la Parole de Dieu,
plus pénétrante qu'un glaive.

Fils d'homme, je t'ai fait sentinelle :
de ma part, tu avertiras mon peuple.

Fils d'homme, porte-leur mes paroles,
qu'ils écoutent ou qu'ils n'écoutent pas.

Oraison

Dieu qui as donné à saint Jérôme de goûter la sainte Écriture et d'en vivre intensément, fais que ton peuple soit davantage nourri de ta Parole et trouve en elle une source de vie.