Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Pâque de Jésus Christ Sauveur !

— CNPL

Pâque de Jésus Christ

Pâque de Jésus Christ Sauveur !
Il règne en sa victoire,
Triomphe de l'amour :
Ses bras ouverts en croix
Dressent vers Dieu
L'angoisse de la vie
Et portent vers lui nos cœurs.

Vivre ressuscités pour Dieu
Dans la lumière neuve,
Aurore de la joie :
Les hommes surgiront
Au grand espoir
Qui monte dans leur corps
À l'aube de ce matin.

Peuple des baptisés, marqués
Du Sceau de la promesse,
Témoins de Jésus Christ,
Venez manger la chair,
Boire le sang
Du Fils aimé de Dieu
Pour vivre de son Esprit.

L'heure paraît déjà : veillez !
Car Dieu dresse la table
Aux noces de l'Agneau :
Le Maître et le Seigneur
Vient nous servir
Le vin de son retour :
Victoire de charité.

Antienne

Il est sorti en vainqueur, le Fils de Dieu, pour triompher encore, alléluia.

Psaume : 67 - I

2 Dieu se lève et ses ennemis se dispersent,
ses adversaires fuient devant sa face.
3 Comme on dissipe une fumée, tu les dissipes ; +
comme on voit fondre la cire en face du feu,
les impies disparaissent devant la face de Dieu.

4 Mais les justes sont en fête, ils exultent ;
devant la face de Dieu ils dansent de joie.
5 Chantez pour Dieu, jouez pour son nom, +
frayez la route à celui qui chevauche les nuées.
Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face.

6 Père des orphelins, défenseur des veuves,
tel est Dieu dans sa sainte demeure.
7 A l’isolé, Dieu accorde une maison ; +
aux captifs, il rend la liberté ;
mais les rebelles vont habiter les lieux arides.

8 Dieu, quand tu sortis en avant de ton peuple,
quand tu marchas dans le désert, la terre trembla ;
9 les cieux mêmes fondirent +
devant la face de Dieu, le Dieu du Sinaï,
devant la face de Dieu, le Dieu d’Israël.

10 Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse,
et quand il défaillait, toi, tu le soutenais.
11 Sur les lieux où campait ton troupeau,
tu le soutenais, Dieu qui es bon pour le pauvre.

Psaume : 67 - II

12 Le Seigneur prononce un oracle,
une armée de messagères le répand :
13 « Rois en déroute, armées en déroute !
On reçoit en partage les trésors du pays.

14 « Resterez-vous au repos derrière vos murs +
quand les ailes de la Colombe se couvrent d’argent,
et son plumage, de flammes d’or,
15 quand le Puissant, là-bas, pulvérise des rois
et qu’il neige au Mont-Sombre ? »

16 Mont de Basan, divine montagne,
mont de Basan, fière montagne !
17 Pourquoi jalouser, fière montagne, +
la montagne que Dieu s’est choisie pour demeure ?
Là, le Seigneur habitera jusqu’à la fin.

18 Les chars de Dieu sont des milliers de myriades ;
au milieu, le Seigneur ; au sanctuaire, le Sinaï.
19 Tu es monté sur la hauteur, capturant des captifs, +
recevant un tribut, même de rebelles,
pour avoir une demeure, Seigneur notre Dieu.

20 Que le Seigneur soit béni !
Jour après jour, ce Dieu nous accorde la victoire.

21 Le Dieu qui est le nôtre est le Dieu des victoires,
et les portes de la mort sont à Dieu, le Seigneur.
22 A qui le hait, Dieu fracasse la tête ;
à qui vit dans le crime, il défonce le crâne.

23 Le Seigneur a dit : « Je les ramène de Basan,
je les ramène des abîmes de la mer,
24 afin que tu enfonces ton pied dans leur sang,
que la langue de tes chiens ait sa pâture d’ennemis. »

Psaume : 67 - III

25 Dieu, on a vu ton cortège,
le cortège de mon Dieu, de mon roi dans le Temple :
26 en tête les chantres, les musiciens derrière,
parmi les jeunes filles frappant le tambourin.

27 Rassemblez-vous, bénissez Dieu ;
aux sources d’Israël, il y a le Seigneur !
28 Voici Benjamin, le plus jeune, ouvrant la marche, +
les princes de Juda et leur suite,
les princes de Zabulon, les princes de Nephtali.

29 Ton Dieu l’a commandé : « Sois fort ! »
Montre ta force, Dieu, quand tu agis pour nous !
30 De ton palais, qui domine Jérusalem,
on voit des rois t’apporter leurs présents.

31 Menace la Bête des marais,
la bande de fauves, la meute des peuples :
qu’ils se prosternent avec leurs pièces d’argent ;
désunis les peuples qui aiment la guerre.

32 De l’Égypte arriveront des étoffes somptueuses ;
l’Éthiopie viendra vers Dieu les mains pleines.
33 Royaumes de la terre, chantez pour Dieu,
jouez pour le Seigneur,*
34 celui qui chevauche au plus haut des cieux,
les cieux antiques.

Voici qu’il élève la voix, une voix puissante ;
35 rendez la puissance à Dieu.
Sur Israël, sa splendeur !
Dans la nuée, sa puissance !

36 Redoutable est Dieu dans son temple saint,
le Dieu d’Israël ; *
c’est lui qui donne à son peuple force et puissance.
Béni soit Dieu !

Verset

V/ Ressuscité des morts, le Christ ne meurt plus, alléluia.
Sur lui, la mort n'a plus aucun pouvoir, alléluia.

Lecture : Les 7 anges et le châtiment de la terre (Ap 8, 1-13)

01 Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure.
02 Et j’ai vu les sept anges qui se tiennent devant Dieu : il leur fut donné sept trompettes.
03 Un autre ange vint se placer près de l’autel ; il portait un encensoir d’or ; il lui fut donné quantité de parfums pour les offrir, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le Trône.
04 Et par la main de l’ange monta devant Dieu la fumée des parfums, avec les prières des saints.
05 Puis l’ange prit l’encensoir et le remplit du feu de l’autel ; il le jeta sur la terre : il y eut des coups de tonnerre, des fracas, des éclairs et un tremblement de terre.
06 Puis les sept anges qui avaient les sept trompettes se préparèrent à en sonner.
07 Le premier sonna de la trompette : il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre, et le tiers de la terre brûla, le tiers des arbres brûlèrent, toute l’herbe verte brûla.
08 Le deuxième ange sonna de la trompette : dans la mer fut jetée comme une grande montagne embrasée, et le tiers de la mer fut changé en sang ;
09 dans la mer, le tiers des créatures vivantes mourut, et le tiers des bateaux fut détruit.
10 Le troisième ange sonna de la trompette : du ciel tomba une grande étoile qui flambait comme une torche ; elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux.
11 L’étoile se nomme « Absinthe », et le tiers des eaux devint de l’absinthe : beaucoup de gens moururent à cause des eaux devenues amères.
12 Le quatrième ange sonna de la trompette : le tiers du soleil fut frappé, et le tiers de la lune et le tiers des étoiles ; ainsi chacun d’entre eux fut obscurci d’un tiers, le jour perdit le tiers de sa clarté et, de même, la nuit.
13 Alors j’ai vu : et j’entendis un aigle qui volait en plein ciel, disant d’une voix forte : « Malheur ! Malheur ! Malheur pour ceux qui habitent la terre, car la trompette, encore, doit retentir quand les trois anges sonneront ! »

Répons

R/ Que monte notre prière
comme l'encens devant ta face, alléluia !

L'ange tenait une coupe
pleine de parfum :
la prière des saints.

De la main de l'ange,
la fumée des parfums montait devant Dieu,
avec la prière des saints.

 

TRAITÉ DE SAINT CYPRIEN, DE CARTHAGE

« Fiancées à un époux unique », le Christ

Maintenant, c’est aux vierges que je m’adresse. Plus leur dignité est élevée, plus il faut en prendre soin. Elles sont la fleur de cette plantation qu’est l’Église, la gloire et la beauté de la grâce donnée par l’Esprit, notre joie vivante, un chef-d’œuvre intact et incorruptible de réussite et de dignité, une image de Dieu reflétant la sainteté du Seigneur, elles sont la partie la plus illustre du troupeau du Christ. L’Église trouve en elles sa joie et c’est en elles que s’épanouit sa glorieuse fécondité maternelle. Aussi, plus le nombre des vierges augmente, plus la joie de la mère s’accroît. C’est à elles que je parle, c’est elles que j’exhorte en vertu de mon affection plus que de mon autorité. Conscient d’être le dernier et le plus petit, je ne prétends pas censurer le désordre, mais par sollicitude vous inciter à la plus grande prudence pour échapper aux assauts du démon.

Ce n’est pas là une prudence inutile, une crainte sans fondement : elle montre le chemin du salut, elle aide à garder les préceptes de vie donnés par le Seigneur. Elle permet à celles qui se sont consacrées au Christ et qui renoncent aux désirs de la chair pour se vouer à Dieu corps et âme, d’accomplir parfaitement leur œuvre, destinée à une grande récompense. Elles ne doivent plus chercher à se parer pour plaire, sinon à leur Seigneur, dont elles attendent le salaire de leur virginité.

Gardez votre état de virginité, gardez-vous elles que vous devez être. Une grande récompense vous attend, la précieuse couronne de la vertu qui est le don parfait de la chasteté. ~ Ce que nous serons un jour, vous avez déjà commencé à l’être. Dès ici-bas, vous possédez la gloire de la résurrection, vous traversez ce monde sans que la contagion du monde vous atteigne : en persévérant dans la chasteté et la virginité, vous égalez les anges de Dieu. Mais, pour que cette virginité demeure intacte et solide, il faut qu’elle persévère sur le chemin où elle est courageusement entrée ; il faut donc qu’elle ne recherche pas la beauté des bijoux et des vêtements, mais celle de la vie.

Écoutez la voix de l’Apôtre, que le Seigneur appelait son instrument de choix et qu’il a envoyé pour faire connaître des commandements célestes. Le premier homme, dit-il, était pétri de terre ; le deuxième homme vient du ciel. Puisque le premier était pétri de terre, comme lui les hommes appartiennent à la terre. Puisque le deuxième appartient au ciel, comme lui les hommes appartiennent au ciel. De même que nous portons l’image de celui qui est pétri de terre, de même portons l’image de celui qui vient du ciel. Telle est l’image que porte la virginité, que porte l’intégrité, la sainteté, la vérité.

Répons

R/ Ma part, le roc de mon cœur,
c’est Dieu pour toujours.

Laissez l’amour poursuivre en vous son œuvre
jusqu’au jour de Jésus Christ.

Ouvrez les yeux à la lumière de l’amour,
vous serez purs et sans reproche
au jour de Jésus Christ.

Oraison

Seigneur Dieu, tu as appelé sainte Kateri Tekakwitha à vivre la virginité consacrée au milieu de son peuple ; fais que, par l’intercession de celle que l’on a appelée le Lys des Agniers, les gens de toute tribu, langue, peuple ou nation, rassemblés dans ton Église, te glorifient par un chant unanime de louange. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu, pour les siècles des siècles.