Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Voici la nuit

D. Rimaud — CNPL

Voici la nuit,
L'immense nuit des origines.
Et rien n'existe hormis l'Amour,
Hormis l'Amour qui se dessine :
En séparant le sable et l'eau,
Dieu préparait comme un berceau
La Terre où il viendrait au jour.

Voici la nuit,
L'heureuse nuit de Palestine,
Et rien n'existe hormis l'Enfant,
Hormis l'Enfant de vie divine :
En prenant chair de notre chair,
Dieu transformait tous nos déserts
En Terre d'immortels printemps.

Voici la nuit,
L'étrange nuit sur la colline,
Et rien n'existe hormis le Corps,
Hormis le Corps criblé d'épines :
En devenant un crucifié,
Dieu fécondait comme un verger
La Terre où le plantait la mort.

Voici la nuit,
La sainte nuit qui s'illumine,
Et rien n'existe hormis Jésus,
Hormis Jésus où tout culmine :
En s'arrachant à nos tombeaux,
Dieu conduisait au jour nouveau
La Terre où il était vaincu.

Voici la nuit,
La longue nuit où l'on chemine,
Et rien n'existe hormis ce lieu,
Hormis ce lieu d'espoirs en ruines :
En s'arrêtant dans nos maisons,
Dieu préparait comme un Buisson
La Terre où tomberait le Feu !

Antienne

Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ?

Psaume : 23

1Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
2C'est lui qui l'a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

3Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
4L'homme au coeur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles
(et ne dit pas de faux serments).

5Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
6Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

7Portes, levez vos frontons, +
élevez-vous, portes éternelles :
qu'il entre, le roi de gloire !

8Qui est ce roi de gloire ? +
C'est le Seigneur, le fort, le vaillant,
le Seigneur, le vaillant des combats.

9Portes, levez vos frontons, +
levez-les, portes éternelles :
qu'il entre, le roi de gloire !

10Qui donc est ce roi de gloire ? +
C'est le Seigneur, Dieu de l'univers ;
c'est lui, le roi de gloire.

Antienne

Peuples, bénissez notre Dieu : c'est lui qui donne la vie, alléluia.

Psaume : 65 - I

1Acclamez Dieu, toute la terre ; +
2fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.

3Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables !
En présence de ta force, tes ennemis s’inclinent.
4Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. »

5Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.
6Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.

De là, cette joie qu’il nous donne.
7Il règne à jamais par sa puissance.
Ses yeux observent les nations :
que les rebelles courbent la tête !

8Peuples, bénissez notre Dieu !
Faites retentir sa louange,
9car il rend la vie à notre âme,
il a gardé nos pieds de la chute.

10C’est toi, Dieu, qui nous as éprouvés,
affinés comme on affine un métal ;
11tu nous as conduits dans un piège,
tu as serré un étau sur nos reins.

12Tu as mis des mortels à notre tête ; +
nous sommes entrés dans l’eau et le feu,
tu nous as fait sortir vers l’abondance.

Antienne

Écoutez, je vous dirai ce que Dieu a fait pour moi, alléluia.

Psaume : 65 - II

13Je viens dans ta maison avec des holocaustes,
je tiendrai mes promesses envers toi,
14les promesses qui m’ouvrirent les lèvres,
que ma bouche a prononcées dans ma détresse.

15Je t’offrirai de beaux holocaustes +
avec le fumet des béliers ;
je prépare des bœufs et des chevreaux.

16Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ;
17quand je poussai vers lui mon cri,
ma bouche faisait déjà son éloge.

18Si mon cœur avait regardé vers le mal,
le Seigneur n’aurait pas écouté.
19Et pourtant, Dieu a écouté,
il entend le cri de ma prière.

20Béni soit Dieu +
qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

Verset

V/ La parole de Dieu est vivante et efficace,
plus pénétrante qu'un glaive à deux tranchants.

Lecture : Paul et la communauté chrétienne de Thessalonique (1Th 1, 1-10; 2, 1-12)

1.01 PAUL, SILVAIN ET TIMOTHEE, à l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et dans le Seigneur Jésus Christ. À vous, la grâce et la paix.
1.02 À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières. Sans cesse,
1.03 nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père.
1.04 Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui.
1.05 En effet, notre annonce de l’Évangile n’a pas été, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude : vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien.
1.06 Et vous-mêmes, en fait, vous nous avez imités, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves, avec la joie de l’Esprit Saint.
1.07 Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de Grèce.
1.08 Et ce n’est pas seulement en Macédoine et en Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons pas besoin d’en parler.
1.09 En effet, les gens racontent, à notre sujet, l’accueil que nous avons reçu chez vous ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable,
1.10 et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.
2.01 Frères, vous le savez bien vous-mêmes, notre venue chez vous n’a pas été inutile.
2.02 Nous venions de souffrir et d’être outragés à Philippes, comme vous le savez ; nous avons cependant trouvé en notre Dieu pleine assurance pour vous annoncer, au prix de grandes luttes, l’Évangile de Dieu.
2.03 Et quand nous vous exhortions, ce n’était pas avec des doctrines fausses, ni des motifs impurs, ni par ruse.
2.04 En effet, pour nous confier l’Évangile, Dieu a éprouvé notre valeur, de sorte que nous parlons, non pas pour plaire aux hommes, mais à Dieu, lui qui met nos cœurs à l’épreuve.
2.05 Jamais, nous n’avons eu un mot de flatterie, vous le savez, jamais de motifs intéressés, Dieu en est témoin ;
2.06 jamais nous n’avons recherché la gloire qui vient des hommes, ni auprès de vous ni auprès d’autres personnes.
2.07 Alors que nous aurions pu nous imposer en qualité d’apôtres du Christ, au contraire, nous avons été pleins de douceur avec vous, comme une mère qui entoure de soins ses nourrissons.
2.08 Ayant pour vous une telle affection, nous aurions voulu vous donner non seulement l’Évangile de Dieu, mais jusqu’à nos propres vies, car vous nous étiez devenus très chers.
2.09 Vous vous rappelez, frères, nos peines et nos fatigues : c’est en travaillant nuit et jour, pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous, que nous vous avons annoncé l’Évangile de Dieu.
2.10 Vous êtes témoins, et Dieu aussi, de notre attitude si sainte, si juste et irréprochable envers vous, les croyants.
2.11 Et vous savez bien que nous avons été pour chacun de vous comme un père avec ses enfants :
2.12 nous vous avons exhortés et encouragés, nous vous avons suppliés d’avoir une conduite digne de Dieu, lui qui vous appelle à son Royaume et à sa gloire.

Répons

R/ Cherchons à plaire à Dieu
qui éprouve nos cœurs.

Frères aimés de Dieu, vous êtes ses élus :
chez vous l'Évangile s'est accompagné
d'œuvres de puissance.

Vous attendez son Fils qui viendra des cieux,
Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.

 

LETTRE DE SAINT IGNACE D'ANTIOCHE
À L'EGLISE DE SMYRNE

Croire en Jésus Christ, Dieu incarné.

Ignace, appelé aussi Théophore (Porte-Dieu), à l'Église de Dieu le Père et de son Fils bien-aimé Jésus Christ, Église qui a obtenu tous les dons par miséricorde, remplie de foi et de charité, à qui ne manque aucun don de grâce, très aimée de Dieu et porteuse de sainteté ; à cette Église qui est à Smyrne, en Asie Mineure, je souhaite toute sorte de joie dans un esprit irréprochable et dans la parole de Dieu.

Je glorifie Jésus Christ Dieu, qui vous a donné une telle sagesse ; j'ai constaté en effet que vous êtes parvenus à une foi si parfaitement ajustée qu'elle ne peut plus bouger, comme si vous étiez cloués à la croix de notre Seigneur Jésus Christ quant à la chair et à l'esprit ; que vous êtes établis dans la charité par le sang du Christ ; que vous êtes fermement convaincus, au sujet de notre Seigneur, qu'il est vraiment issu de la race de David selon la chair, fils de Dieu selon la volonté et la puissance de Dieu, véritablement né d'une vierge, baptisé par Jean pour que toute justice fût accomplie par lui ; qu'il a été vraiment cloué pour nous dans sa chair sous Ponce-Pilate et le tétrarque Hérode ; notre existence en est le fruit, par sa bienheureuse passion ; qu'il est ressuscité pour lever son étendard dans les siècles à venir, afin de rassembler ses fidèles et ses saints, venus du judaïsme ou du paganisme, dans l'unique corps de son Église.

Tout cela, il l'a souffert pour nous, afin que nous soyons sauvés ; et il a véritablement souffert, comme aussi il est véritablement ressuscité. ~

Pour moi, je sais que, même après sa résurrection, il était dans la chair, et je crois qu'il est encore dans la chair. Et lorsqu'il est venu auprès de Pierre et de ses compagnons, il leur a dit : « Prenez, touchez-moi, et voyez que je ne suis pas un fantôme incorporel. » Aussitôt ils le touchèrent et ils crurent, en s'unissant à sa chair et à son esprit. C'est pour cela qu'ils ont méprisé la mort et montré qu'ils la dominaient. Et après sa résurrection, Jésus mangea et but avec eux comme un être de chair, alors qu'il était devenu un seul esprit avec le Père.

Voilà mon exhortation, mes bien-aimés, sachant bien que vous pensez de même.

Répons

R/ Fixons nos regards sur Jésus,
sur Jésus crucifié !

Moïse a élevé le serpent dans le désert,
il faut que le Fils de l'homme soit élevé.

Dieu a envoyé son Fils dans le monde
non pour nous juger, mais pour nous sauver.

 

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Oraison

Accorde-nous, Seigneur, de pouvoir t'adorer sans partage, et d'avoir pour tout homme une vraie charité.