Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Le Fils de l'homme est né

D. Rimaud — SM

Le Fils de l'homme est né, Noël !
Jésus nous est donné.
Jour de notre grâce :
L'étable accueille un Dieu caché,
Rebut de notre race,
Il vient sauver le monde entier.
Paix à ceux qu'il aime. Dieu soit glorifié !

Le Fils de l'homme est né, Noël !
Jésus nous est livré.
Pain pour notre table :
La terre s'ouvre au grain jeté ;
Broyé pour les coupables,
Il vient nourrir les corps lassés.
Paix à ceux qu'il aime. Dieu soit exalté !

Le Fils de l'homme est né, Noël !
Jésus nous est livré.
Joie pour les convives :
La coupe attend le sang versé ;
Fontaine des eaux vives,
Il vient laver les corps souillés.
Paix à ceux qu'il aime. Dieu soit magnifié !

Le Fils de l'homme est né, Noël !
Jésus nous est livré.
Fruit pour le Calvaire :
Son corps est lourd de nos péchés ;
Brasier de vraie lumière,
Il vient brûler le bois tombé.
Paix à ceux qu'il aime. Dieu soit sanctifié !

Le Fils de l'homme est né, Noël !
Jésus nous est donné.
Roi pour la victoire :
La nuit flamboie de sa clarté ;
Promesse de la gloire,
Il vient changer les corps brisés.
Paix à ceux qu'il aime. Dieu soit glorifié !

Antienne

Le Seigneur m'a dit : Tu es mon Fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré.

Psaume : 2

1Pourquoi ce tumulte des nations,
ce vain murmure des peuples ?
2Les rois de la terre se dressent,
les grands se liguent entre eux
contre le Seigneur et son messie :
3« Faisons sauter nos chaînes,
rejetons ces entraves ! »

4Celui qui règne dans les cieux s'en amuse,
le Seigneur les tourne en dérision ;
5puis il leur parle avec fureur
et sa colère les épouvante :
6« Moi, j'ai sacré mon roi
sur Sion, ma sainte montagne. »

7Je proclame le décret du Seigneur ! +

Il m'a dit : « Tu es mon fils ;
moi, aujourd'hui, je t'ai engendré.
8Demande, et je te donne en héritage les nations,
pour domaine la terre tout entière.
9Tu les détruiras de ton sceptre de fer,
tu les briseras comme un vase de potier. »

10Maintenant, rois, comprenez,
reprenez-vous, juges de la terre.
11Servez le Seigneur avec crainte,
rendez-lui votre hommage en tremblant.
12Qu'il s'irrite et vous êtes perdus :
soudain sa colère éclatera.

Heureux qui trouve en lui son refuge !

Antienne

Le Christ, Soleil de justice, nous est donné par la Vierge Marie.

Psaume : 18a

2Les cieux proclament la gloire de Dieu,
le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
3Le jour au jour en livre le récit
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

4Pas de paroles dans ce récit,
pas de voix qui s'entende ;
5mais sur toute la terre en paraît le message
et la nouvelle, aux limites du monde.

Là, se trouve la demeure du soleil : +
6tel un époux, il paraît hors de sa tente,
il s'élance en conquérant joyeux.

7Il paraît où commence le ciel, +
il s'en va jusqu'où le ciel s'achève :
rien n'échappe à son ardeur.

Antienne

Tu es le plus beau des enfants de l'homme, le Seigneur Dieu t'a consacré.

Psaume : 44

2D'heureuses paroles jaillissent de mon coeur
quand je dis mes poèmes pour le roi
d'une langue aussi vive que la plume du scribe !

3Tu es beau,
comme aucun des enfants de l'homme,
la grâce est répandue sur tes lèvres :
oui, Dieu te bénit pour toujours.

4Guerrier valeureux,
porte l'épée de noblesse et d'honneur !
5Ton honneur, c'est de courir au combat
pour la justice, la clémence et la vérité.

6Ta main jettera la stupeur,
les flèches qui déchirent ;
sous tes coups, les peuples s'abattront,
les ennemis du roi, frappés en plein coeur.

7Ton trône est divin, un trône éternel ;
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
8tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

Oui, Dieu, ton Dieu t'a consacré
d'une onction de joie,
comme aucun de tes semblables ;
9la myrrhe et l'aloès parfument ton vêtement.

Des palais d'ivoire, la musique t'enchante.
10Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
à ta droite, la préférée, sous les ors d'Ophir.
11Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
12le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
13Alors, fille de Tyr, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

14Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d'étoffes d'or ;
15on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
16on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

  
17A la place de tes pères se lèveront tes fils ;
sur toute la terre tu feras d'eux des princes.

18Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges :
que les peuples te rendent grâce,
toujours, à jamais !

Verset

V/ Le Verbe s'est fait chair, alléluia.
Il a demeuré parmi nous, alléluia.

Lecture : L'Esprit du Seigneur est sur lui (Is 11, 1-10)

01 Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.
02 Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
03 – qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs.
04 Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant.
05 La justice est la ceinture de ses hanches ; la fidélité est la ceinture de ses reins.
06 Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira.
07 La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage.
08 Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main.
09 Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.
10 Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

Répons

Verbe de gloire,                         Stance
Fils bien-aimé de Dieu,
le silence a recouvert
ton nom d'éternité :
tu viens demeurer parmi nous.
La Vierge-Mère t'appelle Jésus :
Emmanuel !

R/ O merveilleux échange !
Mystère de l'amour :
Jésus, nous demeurons en toi !

Image éternelle du Père,
tu portes notre péché
pour nous vêtir de sainteté.

Parole éternelle du Père,
tu apprends notre langage
pour nous révéler l'indicible.

Lumière éternelle du Père,
tu pénètres dans notre nuit
pour y faire naître le jour.

Sagesse éternelle du Père,
tu deviens nourriture
pour nous donner le goût de Dieu.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR NOËL

Notre Sauveur, mes bien-aimés, est né aujourd'hui : réjouissons-nous ! Il n'est pas permis d'être triste, lorsqu'on célèbre l'anniversaire de la vie. Celui-ci détruit la crainte d'avoir à mourir, il nous donne la joie de l'éternité promise.

Personne n'est tenu à l'écart de cette allégresse, car le même motif de joie est commun à tous. Notre Seigneur, chargé de détruire le péché et la mort, n'ayant trouvé personne qui en fût affranchi, est venu en affranchir tous les hommes. Que le saint exulte, car il approche du triomphe. Que le pécheur se réjouisse, car il est invité au pardon. Que le païen prenne courage, car il est appelé à la vie.

En effet, le Fils de Dieu, à la plénitude des temps fixée clans la profondeur impénétrable du plan divin, a épousé la nature humaine pour la réconcilier avec son Créateur ; C'est ainsi que le démon, inventeur de la mort, allait être vaincu par cette nature même qu'il avait vaincue. ~

À la naissance du Seigneur, les anges bondissent de joie et chantent : Gloire a Dieu dans les hauteurs ; ils annoncent : Paix sur la terre aux hommes que Dieu aime. Ils voient en effet la Jérusalem céleste qui se construit avec toutes les nations du monde. Combien la pauvre humanité doit-elle se réjouir devant cette œuvre inouïe de la bonté divine, puisque celle-ci inspire une telle joie à la nature sublime des anges eux-mêmes !

Mes bien-aimés, il nous faut donc rendre grâce à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint ; avec la grande miséricorde dont il nous a aimés, il nous a pris en pitié, et lors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ pour que nous soyons en lui une nouvelle création, une nouvelle œuvre de ses mains.

Rejetons donc l'homme ancien avec ses agissements, et puisque nous sommes admis à participer à la naissance du Christ, renonçons à notre conduite charnelle.

Chrétien, prends conscience de ta dignité. Puisque tu participes maintenant à la nature divine, ne dégénère pas en venant à la déchéance de ta vie passée. Rappelle-toi à quel chef tu appartiens, et de quel corps tu es membre. Souviens-toi que tu as été arraché au pouvoir des ténèbres pour être transféré dans la lumière et le royaume de Dieu. Par le sacrement de baptême, tu es devenu temple du Saint-Esprit. Garde-toi de mettre en fuite un hôte si noble par tes actions mauvaises, et de retomber ainsi dans l'esclavage du démon, car tu as été racheté par le sang du Christ.

Répons

Verbe de gloire,
Fils bien-aimé de Dieu,
le silence a recouvert
ton nom d'éternité :
tu viens demeurer parmi nous.
La Vierge-Mère t'appelle Jésus :
Emmanuel !

R/ O merveilleux échange ! Mystère de l'amour :
Jésus, nous demeurons en toi !

 

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Oraison

Père, toi qui as merveilleusement créé l'homme et plus merveilleusement encore rétabli sa dignité, fais-nous participer à la divinité de ton Fils, puisqu'il a voulu prendre notre humanité. Lui qui règne.