Office de none

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : O toi, l'au-delà de tout

Grégoire de Nazianze — Aubier

O toi, l'au-delà de tout,
n'est-ce pas là tout ce qu'on peut chanter de toi ?
Quelle hymne te dira, quel langage ?
Aucun mot ne t'exprime.
A quoi l'esprit s'attachera-t-il ?
Tu dépasses toute intelligence.
Seul, tu es indicible,
car tout ce qui se dit est sorti de toi.
Seul, tu es inconnaissable,
car tout ce qui se pense est sorti de toi.
Tous les êtres,
ceux qui parlent et ceux qui sont muets,
te proclament.
Tous les êtres,
ceux qui pensent et ceux qui n'ont point la pensée,
te rendent hommage.
Le désir universel,
l'universel gémissement tend vers toi.
Tout ce qui est te prie,
et vers toi tout être qui pense ton univers
fait monter une hymne de silence.
Tout ce qui demeure demeure par toi ;
par toi subsiste l'universel mouvement.
De tous les êtres tu es la fin ;
tu es tout être, et tu n'en es aucun.
Tu n'es pas un seul être,
tu n'es pas leur ensemble.
Tu as tous les noms, et comment te nommerai-je,
toi le seul qu'on ne peut nommer?
Quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées
qui couvrent le ciel même?
Prends pitié,
Ô toi, l'au-delà de tout,
n'est-ce pas tout ce qu'on peut chanter de toi?

Antienne

Béni soit au nom du Seigneur, celui qui vient !

Psaume : 117 - I

1Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! *
Éternel est son amour !

2Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour ! +
3Que le dise la maison d'Aaron :
Éternel est son amour ! *
4Qu'ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

Psaume : 117 - II

5Dans mon angoisse j'ai crié vers le Seigneur,
et lui m'a exaucé, mis au large.
6Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas ;
que pourrait un homme contre moi ?
7Le Seigneur est avec moi pour me défendre,
et moi, je braverai mes ennemis.

8Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes ; *
9mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !

10Toutes les nations m'ont encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
11Elles m'ont cerné, encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
12Elles m'ont cerné comme des guêpes : +
(– ce n'était qu'un feu de ronces –) *
au nom du Seigneur, je les détruis !

13On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le Seigneur m'a défendu.
14Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

15Clameurs de joie et de victoire *
sous les tentes des justes :
« Le bras du Seigneur est fort,
16le bras du Seigneur se lève, *
le bras du Seigneur est fort ! »

17Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
18il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort.

19Ouvrez-moi les portes de justice :
j'entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
20« C'est ici la porte du Seigneur :
qu'ils entrent, les justes ! »
21Je te rends grâce car tu m'as exaucé :
tu es pour moi le salut.

22La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle :
23c'est là l'oeuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
24Voici le jour que fit le Seigneur,
qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !

Psaume : 117 - III

25Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !

26Béni soit au nom du Seigneur
celui qui vient ! *
De la maison du Seigneur,
nous vous bénissons !

27Dieu, le Seigneur, nous illumine. *
Rameaux en main, formez vos cortèges
jusqu'auprès de l'autel.

28Tu es mon Dieu, je te rends grâce, *
mon Dieu, je t'exalte !

29Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

Parole de Dieu : Is 61, 11

De même que la terre fait éclore ses germes, et qu’un jardin fait éclore ses semences, ainsi le Seigneur fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

Répons

V/ Viens, Seigneur, ne tarde pas.
Remets à ton peuple ses péchés.

Oraison

Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton Fils ; dirige notre joie vers la joie d'un si grand mystère, pour que nous fêtions notre salut avec un cœur vraiment nouveau.