Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Quand il disait à ses amis

D. Rimaud — CNPL

Quand il disait à ses amis

Quand il disait à ses amis :
" Si vous saviez le don de Dieu ! "
Nous avons asséché
Les sources de la vie...
Mais ce matin, Alléluia !
Notre naissance a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis :
" Venez à moi, je suis le jour ! "
Nous avons sacrifié
Aux forces de la nuit...
Mais ce matin, Alléluia !
Notre lumière a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis :
" Je suis vainqueur, pourquoi trembler ? "
Nous avons nié Dieu
En face de la peur...
Mais ce matin, Alléluia !
Notre pardon a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis :
" Heureux celui qui veut la paix ! "
Nous avons déserté
Le lieu de nos combats...
Mais ce matin, Alléluia !
Notre espérance a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis :
" Séchez vos pleurs ! Prenez ma joie ! "
Nous avons perdu cœur
À force de trahir...
Mais ce matin, Alléluia !
Notre bonheur a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Quand il disait à ses amis :
" Soyez mon corps ! Soyez mon sang ! "
Nous avons pris la mort
Au lieu de prendre vie...
Mais ce matin, Alléluia !
Notre avenir a jailli du tombeau !
Alléluia, Alléluia, Jésus est vivant.

Antienne

Béni sois-tu, Père : aux tout-petits tu révèles le secret de ton amour, alléluia.

Psaume : 36 - I

1Ne t'indigne pas à la vue des méchants,
n'envie pas les gens malhonnêtes ;
2aussi vite que l'herbe, ils se fanent ;
comme la verdure, ils se flétrissent.

3Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
4mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton coeur.

5Dirige ton chemin vers le Seigneur,
fais-lui confiance, et lui, il agira.
6Il fera lever comme le jour ta justice,
et ton droit comme le plein midi.

7Repose-toi sur le Seigneur
et compte sur lui.
Ne t'indigne pas devant celui qui réussit,
devant l'homme qui use d'intrigues.

8Laisse ta colère, calme ta fièvre,
ne t'indigne pas : il n'en viendrait que du mal ;
9les méchants seront déracinés,
mais qui espère le Seigneur possédera la terre.

10Encore un peu de temps : plus d'impie ;
tu pénètres chez lui : il n'y est plus.
11Les doux posséderont la terre
et jouiront d'une abondante paix.

Psaume : 36 - II

12L'impie peut intriguer contre le juste
et grincer des dents contre lui,
13le Seigneur se moque du méchant
car il voit son jour qui arrive.

14L'impie a tiré son épée, il a tendu son arc
pour abattre le pauvre et le faible, pour tuer l'homme droit.
15Mais l'épée lui entrera dans le coeur,
et son arc se brisera.

16Pour le juste, avoir peu de biens
vaut mieux que la fortune des impies.
17Car le bras de l'impie sera brisé,
mais le Seigneur soutient les justes.

18Il connaît les jours de l'homme intègre
qui recevra un héritage impérissable.
19Pas de honte pour lui aux mauvais jours ;
aux temps de famine, il sera rassasié.

20Mais oui, les impies disparaîtront
comme la parure des prés ;
c'en est fini des ennemis du Seigneur :
ils s'en vont en fumée.

21L'impie emprunte et ne rend pas ;
le juste a pitié : il donne.
22Ceux qu'il bénit posséderont la terre,
ceux qu'il maudit seront déracinés.

23Quand le Seigneur conduit les pas de l'homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît.
24S'il trébuche, il ne tombe pas
car le Seigneur le soutient de sa main.

25Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours,
je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain.
26Chaque jour il a pitié, il prête ;
ses descendants seront bénis.

27Évite le mal, fais ce qui est bien,
et tu auras une habitation pour toujours,
28car le Seigneur aime le bon droit,
il n'abandonne pas ses amis.

Ceux-là seront préservés à jamais,
les descendants de l'impie seront déracinés.
29Les justes posséderont la terre
et toujours l'habiteront.

Psaume : 36 - III

30Les lèvres du juste redisent la sagesse
et sa bouche énonce le droit.
31La loi de son Dieu est dans son coeur ;
il va, sans craindre les faux pas.

32Les impies guettent le juste,
ils cherchent à le faire mourir.
33Mais le Seigneur ne saurait l'abandonner
ni le laisser condamner par ses juges.

34Espère le Seigneur,
et garde son chemin :
il t'élèvera jusqu'à posséder la terre ;
tu verras les impies déracinés.

35J'ai vu l'impie dans sa puissance
se déployer comme un cèdre vigoureux.
36Il a passé, voici qu'il n'est plus ;
je l'ai cherché, il est introuvable.

37Considère l'homme droit, vois l'homme intègre :
un avenir est promis aux pacifiques.
38Les pécheurs seront tous déracinés,
et l'avenir des impies, anéanti.

39Le Seigneur est le salut pour les justes,
leur abri au temps de la détresse.
40Le Seigneur les aide et les délivre,
il les délivre de l'impie, il les sauve,
car ils cherchent en lui leur refuge.

Verset

V/ Ressuscité des morts, le Christ ne meurt plus, alléluia.
Sur lui, la mort n'a plus aucun pouvoir, alléluia.

Lecture : La foi du croyant face au monde (1Jn 2, 12-17)

12 Je vous l’écris, petits enfants : Vos péchés vous sont remis à cause du nom de Jésus.
13 Je vous l’écris, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’écris, jeunes gens : Vous avez vaincu le Mauvais.
14 Je vous l’ai écrit, enfants : Vous connaissez le Père. Je vous l’ai écrit, parents : Vous connaissez celui qui existe depuis le commencement. Je vous l’ai écrit, jeunes gens : Vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le Mauvais.
15 N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui.
16 Tout ce qu’il y a dans le monde – la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l’arrogance de la richesse –, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.
17 Or, le monde passe, et sa convoitise avec lui. Mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure pour toujours.

Répons

 


R/ Qui fait la volonté de Dieu, alléluia,
demeure éternellement, alléluia, alléluia !

L'herbe sèche et la fleur se fane :
le monde passe avec ses convoitises.

Si quelqu'un aime le monde,
l'amour du Père n'est pas en lui.

Si quelqu'un aime son frère,
il marche dans la lumière.

 

COMMENTAIRE DE SAINT CYRILLE D'ALEXANDRIE
SUR L'ÉVANGILE DE JEAN

Le mystère de l'unité.

Nous bénéficions d'une union même corporelle avec le Christ, nous qui participons à sa chair sacrée. Saint Paul en témoigne lorsqu'il dit à propos du mystère de la piété :
Ce mystère, Dieu ne l'avait pas fait connaître aux hommes des générations passées comme il l'a révélé maintenant par l'Esprit à ses saints apôtres et à ses prophètes. Ce mystère, c'est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse dans le Christ.

Si nous formons tous entre nous un même corps dans le Christ, et non pas seulement entre nous, mais avec lui, puisque évidemment il est en nous par sa propre chair, comment donc notre unité entre nous et dans le Christ n'est-elle pas déjà visible ? Car le Christ est le lien de unité, étant en lui-même Dieu et homme.

Quant à l'unité dans l'Esprit, nous suivrons le même chemin et nous dirons encore qu'ayant tous reçu un seul et même Esprit, je veux dire l'Esprit Saint, nous sommes en quelque sorte mêlés intimement les uns avec les autres et avec Dieu. En effet, bien que nous soyons une multitude d'individus, et que le Christ fasse demeurer en chacun de nous l'Esprit de son Père qui est le sien, il n'y a cependant qu'un seul Esprit indivisible, qui rassemble en lui-même des esprits distincts les uns des autres du fait de leur existence individuelle, et qui les fait apparaître pour ainsi dire comme ayant tous une seule existence en lui.

De même que la vertu de la chair sacrée fait un seul corps de tous ceux en qui elle est venue, de la même manière, à mon avis, l'Esprit de Dieu un et indivisible qui nous habite nous conduit tous à l'unité spirituelle. C'est pourquoi saint Paul nous exhortait ainsi : Supportez-vous les uns les autres avec amour ; rassemblés dans la paix, ayez à cœur de garder l'unité dans un même Esprit, comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, parmi tous, et en tous. Si l'unique Esprit habite en nous, le Dieu unique, Père de tous, sera en nous, et il conduira par son Fils à l'union mutuelle et à l'union avec lui tout ce qui participe de l'Esprit.

Que nous soyons unis au Saint-Esprit par une participation, cela aussi est visible, et voici comment. Si nous abandonnons une vie purement naturelle pour obéir une bonne fois aux lois de l'Esprit, ne sera-t-il pas évident pour tous qu'après avoir pour ainsi dire renoncé à notre vie propre, et réalisé l'union avec l'Esprit, nous avons obtenu une condition céleste, si bien que nous avons comme changé de nature ? Nous ne sommes plus seulement des hommes, mais en outre nous sommes des fils de Dieu, des hommes célestes, puisque nous sommes devenus participants de la nature divine.

Tous, nous sommes donc un seul être dans le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Un seul être, dis-je, dans une identité d'état, ~ un seul être dans un progrès conforme à la piété, par notre communion à la chair sacrée du Christ, par notre communion à l'unique Esprit Saint.

Répons

 


R/ Un seul troupeau, un seul berger !

Le Seigneur va rassembler ses enfants dispersés,
il en fera une seule nation,
et un seul roi régnera sur eux.

Le Christ, notre paix, a détruit les séparations :
en un seul corps,
il nous rassemble par la croix.

 

Oraison

Garde à ton peuple sa joie, Seigneur, toi qui refais ses forces et sa jeunesse ; tu nous as rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l'espérance de la résurrection.