Office des lectures

Introduction

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

Hymne : Dieu t'a choisi.

J.F Frié — CNPL

R/Dieu t'a choisi.
Que Dieu soit béni !
Fils de David,
Époux de Marie.
Entre tes mains,
le Christ enfant
a remis sa vie.

Homme d'espérance,
à toi vient la Promesse,
sur l'heure accomplie
quand tu reçois le Messie !

Homme de silence,
à toi vient la Parole,
la voix inouïe
du Verbe qui balbutie !

Tu te tiens dans l'ombre,
à toi vient la Lumière
du fond de la nuit
jusqu'à ton cœur ébloui !

Juste entre les justes
c'est toi vers qui la face
de la Vérité
lève un regard nouveau-né !

Homme doux et chaste,
chez toi l'Amour demeure.
La main dans ta main,
il va se mettre en chemin !

Antienne

L'ange du Seigneur apparut à Joseph et lui dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus.

Psaume : 20

2Seigneur, le roi se réjouit de ta force ;
quelle allégresse lui donne ta victoire !
3Tu as répondu au désir de son coeur,
tu n'as pas rejeté le souhait de ses lèvres.

4Tu lui destines bénédictions et bienfaits,
tu mets sur sa tête une couronne d'or.
5La vie qu'il t'a demandée, tu la lui donnes,
de longs jours, des années sans fin.

6Par ta victoire, grandit son éclat :
tu le revêts de splendeur et de gloire.
7Tu mets en lui ta bénédiction pour toujours :
ta présence l'emplit de joie !

8Oui, le roi s'appuie sur le Seigneur :
la grâce du Très-Haut le rend inébranlable.
14Dresse-toi, Seigneur, dans ta force :
nous fêterons, nous chanterons ta vaillance.

Antienne

Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait prescrit.

Psaume : 91 - I

2Qu'il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
3d'annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits,
4sur la lyre à dix cordes et sur la harpe,
sur un murmure de cithare.

5Tes oeuvres me comblent de joie ;
devant l'ouvrage de tes mains, je m'écrie :
6« Que tes oeuvres sont grandes, Seigneur !
Combien sont profondes tes pensées ! »

7L'homme borné ne le sait pas,
l'insensé ne peut le comprendre :
8les impies croissent comme l'herbe, *
ils fleurissent, ceux qui font le mal,
mais pour disparaître à tout jamais.

9Toi, qui habites là-haut,
tu es pour toujours le Seigneur.
10Vois tes ennemis, Seigneur,
vois tes ennemis qui périssent, *
et la déroute de ceux qui font le mal.

Antienne

Joseph quitta Nazareth, pour monter à Bethléem, la cité de David, se faire inscrire avec Marie.

Psaume : 91 - II

11Tu me donnes la fougue du taureau,
tu me baignes d'huile nouvelle ;
12j'ai vu, j'ai repéré mes espions,
j'entends ceux qui viennent m'attaquer.

13Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
14planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

15Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
16pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

Verset

V/ Le juste fleurira comme le lis,
il portera du fruit pour le Seigneur.

Lecture : La foi des anciens (He 11, 1-16)

01 La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas.
02 Et quand l’Écriture rend témoignage aux anciens, c’est à cause de leur foi.
03 Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, et donc ce qui est visible n’a pas son origine dans ce qui apparaît au regard.
04 Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait témoignage à son offrande ; à cause de sa foi, bien qu’il soit mort, il parle encore.
05 Grâce à la foi, Hénok fut retiré de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l’avait retiré ; avant cet événement, il avait été agréable à Dieu, l’Écriture en témoigne.
06 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.
07 Grâce à la foi, Noé, averti de choses encore invisibles, accueillit cet oracle avec respect et construisit une arche pour le salut de sa famille. Sa foi condamnait le monde, et il reçut en héritage la justice qui s’obtient par la foi.
08 Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu : il partit vers un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait.
09 Grâce à la foi, il vint séjourner en immigré dans la Terre promise, comme en terre étrangère ; il vivait sous la tente, ainsi qu’Isaac et Jacob, héritiers de la même promesse,
10 car il attendait la ville qui aurait de vraies fondations, la ville dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte.
11 Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge, fut rendue capable d’être à l’origine d’une descendance parce qu’elle pensait que Dieu est fidèle à ses promesses.
12 C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort, a pu naître une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, une multitude innombrable.
13 C’est dans la foi, sans avoir connu la réalisation des promesses, qu’ils sont tous morts ; mais ils l’avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs.
14 Or, parler ainsi, c’est montrer clairement qu’on est à la recherche d’une patrie.
15 S’ils avaient songé à celle qu’ils avaient quittée, ils auraient eu la possibilité d’y revenir.
16 En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure, celle des cieux. Aussi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, puisqu’il leur a préparé une ville.

Répons

 


R/ Heureux le juste, il vivra par la foi.

Jospeh, fils d'Abraham,
n'a pas douté de la promesse de Dieu.

Il trouva sa force dans la foi,
et rendit gloire à Dieu.

Ce que Dieu a promis,
il a la puissance de l'accomplir.

 

SERMON DE S. BERNARDIN DE SIENNE

Joseph, gardien fidèle

C'est une loi générale, dans la communication de grâces particulières à une créature raisonnable : lorsque la bonté divine choisit quelqu'un pour une grâce singulière ou pour un état sublime, elle lui donne tous les charismes nécessaires à sa personne ainsi qu'à sa fonction, et qui augmentent fortement sa beauté spirituelle.

Cela s'est tout à fait vérifié chez saint Joseph, père présumé de notre Seigneur Jésus Christ, et véritable époux de la Reine du monde et Souveraine des anges. Le Père éternel l'a choisi pour être le nourricier et le gardien fidèle de ses principaux trésors, c'est-à-dire de son Fils et de son épouse ; fonction qu'il a remplie très fidèlement. C'est pourquoi le Seigneur a dit : Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître.

Si tu compares Joseph à tout le reste de l'Église du Christ, n'est-il pas l'homme particulièrement choisi, par lequel et sous le couvert duquel le Christ est entré dans le monde de façon régulière et honorable ? Si donc toute la sainte Église est débitrice envers la Vierge Marie parce que c'est par elle qu'elle a pu recevoir le Christ, après elle, c'est à saint Joseph qu'elle doit une reconnaissance et un respect sans pareil.

Il est en effet la conclusion de l'Ancien Testament : c'est en lui que la dignité des patriarches et des prophètes reçoit le fruit promis. Lui seul a possédé en réalité ce que la bonté divine leur avait promis.

Certes, il ne faut pas en douter : l'intimité, le respect, la très haute dignité que le Christ pendant sa vie humaine portait à Joseph, comme un fils à l'égard de son père, il n'a pas renié tout cela au ciel, il l'a plutôt enrichi et achevé. Aussi le Seigneur ajoute-t-il bien : Entre dans la joie de ton maître. Bien que la joie de l'éternelle béatitude entre dans le cœur, le Seigneur a préféré dire : Entre dans la joie de ton maître, pour faire comprendre mystérieusement que cette joie ne sera pas seulement en lui, mais qu'elle l'enveloppera et l'absorbera de tous côtés, qu'elle le submergera comme un abîme infini.

Souviens-toi de nous, bienheureux Joseph, intercède par le secours de ta prière auprès de ton Fils adoptif ; rends-nous propice également la bienheureuse Vierge, ton épouse, car elle est la mère de celui qui, avec le Père et le Saint-Esprit, vit et règne pour les siècles sans fin. Amen.

Répons

 


R/ Bon et fidèle serviteur,
entre dans la joie de ton Seigneur.

Je n'ai pas cherché à plaire aux hommes,
mais à Dieu qui éprouve nos cœurs.

Je sais en qui j'ai cru :
il gardera mon dépôt jusqu'à son Jour.

 

Te Deum

À toi Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons, tu es Seigneur !
À toi Père éternel,
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges,
les anges et les esprits des cieux ;
ils te rendent grâce ;
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs ;
c'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons :
Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
le Seigneur de la gloire,
tu n'as pas craint de prendre chair
dans le corps d'une vierge
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant
les portes du Royaume ;
tu règnes à la droite du Père ;
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
dans ta joie et dans ta lumière.

Oraison

Dieu tout-puissant, à l'aube des temps nouveaux, tu as confié à saint Joseph la garde des mystères du salut ; accorde maintenant à ton Église, toujours soutenue par sa prière, de veiller sur leur achèvement.